Tag meeting

29 Août

Commentaires fermés sur « Nicolas Sarkozy choisit une République autoritaire », interview à La Dépêche du Midi

« Nicolas Sarkozy choisit une République autoritaire », interview à La Dépêche du Midi

par

logo dépêche du midi

La Dépêche du Midi publie ce jour une interview de Jean-Christophe Cambadelis que vous pouvez  retrouver en cliquant ici ou lire ci-dessous.

 

La CGT a annoncé qu’elle manifesterait contre le meeting des socialistes à Toulouse qu’elle considère comme une provocation dans la ville de Georges Séguy. Cela vous inquiète ?

Au vu des problèmes auxquels est confrontée la France, cela me paraît dérisoire. On peut être opposé à une loi, la combattre sans pour autant interdire aux partis politiques de se rassembler et de s’exprimer. Je n’ai jamais vu dans la carrière de Georges Séguy une campagne visant à empêcher l’expression d’un parti.

Ce meeting de Colomiers, c’est le premier meeting d’une campagne présidentielle du PS sans candidat ?

Non. L’objectif de cette réunion n’est pas d’apporter un soutien à la candidature de François Hollande qui n’est pas candidat, mais il est de fixer les enjeux de la campagne présidentielle. Quand nous avons décidé l’organisation de ce meeting, nous ne pensions pas que son thème « La République, c’est l’essentiel », serait à ce point confirmé par l’actualité, le livre et les déclarations de Nicolas Sarkozy qui a fait son choix, celui d’une République autoritaire et inégalitaire.

Vous considérez donc que l’enjeu de la campagne présidentielle sera celui de la République ?

Oui. Sarkozy a fixé les priorités de la droite. Il veut asséner sa vérité, nous voulons le débat. Il veut une identité restrictive, nous avons l’identité progressiste. Il veut la compétitivité, nous l’avons fait, nous voulons maintenant l’investissement. Il se veut autoritaire, nous sommes dans le respect. Il y a deux conceptions de société qui s’affrontent dans cette élection présidentielle.

Compte tenu de l’émiettement de la gauche, y compris au sein du PS, un rassemblement sera-t-il possible et crédible derrière un candidat à un moment ou à un autre ?

Ce rassemblement est nécessaire au-delà des divergences qui ont toujours existé au sein de la gauche. La présidentielle ce n’est pas pour les uns, la simple déclinaison d’un bilan qui ne cesse de s’améliorer, et pour les autres la condamnation de ce bilan. Les Français ne nous départagerons pas sur le passé mais sur l’avenir. Et sur l’avenir, face à la droite et l’extrême-droite, nous sommes plus proches qu’on veut bien le dire.

Les radicaux de gauche ont suspendu leur participation à la Belle alliance populaire. Le contact va-t-il être renoué ?

Le contact a été renoué. J’ai vu longuement Sylvia Pinel au mois de juillet. Elle m’a exprimé ses griefs sur le fonctionnement de la Belle alliance populaire et sur le fait qu’elle n’avait pas été informée de la décision du PS d’organiser une primaire. Dans ces conditions, elle a réservé sa position à l’après-congrès de son parti. Je l’ai rassuré en lui disant que les radicaux étaient membres de la majorité gouvernementale et décisionnaires au sein du collectif de la Belle alliance populaire, qu’il y avait eu sans doute une maladresse à leur encontre et que je m’en excusais, mais qu’en tout état de cause je souhaitais que nous travaillions ensemble pour la présidentielle et les législatives.

 

Propos recueillis par Jean-Pierre Bédéï

 

28 Jan

Commentaires fermés sur Incidents à Audincourt: Quand on veut être respecté, il faut être respectueux

Incidents à Audincourt: Quand on veut être respecté, il faut être respectueux

par

logops160

Les coupures de courant, les invectives, les tentatives pour interrompre un meeting politique sont inadmissibles en démocratie.

On ne peut tout à la fois réclamer un pays exemplaire sur les principes républicains et se comporter comme des antirépublicains.

Et si l’on veut être respecté, il faut être respectueux.

La volonté d’interrompre un meeting renoue avec des méthodes que l’on croyait disparues en Europe.

18 Avr

Commentaires fermés sur Mon discours lors du meeting de lancement de la campagne des européennes – Jeudi 17 avril 2014

Mon discours lors du meeting de lancement de la campagne des européennes – Jeudi 17 avril 2014

par

Jcc meeting 17042014 crédit Philippe Grangeaud

Vous pouvez retrouver ci-dessous la retranscription du discours de Jean-Christophe Cambadélis lors du meeting de lancement de la campagne des européennes au cirque d’hiver jeudi 17 avril 2014.

 

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades,

Vous êtes très nombreux ce soir et j’y vois comme un signe. On nous avait dit : tenir une réunion à Paris pendant les vacances scolaires vous n’allez pas y arriver. Aujourd’hui, vous avez fait mentir les pronostics, nous ne savons plus si nous sommes 1 900, 2 000, allez, nous sommes 2 000, ici et dehors, et nous avons réussi notre pari.

 

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades,

Je voudrais bien sûr saluer les franciliens, mais aussi les Français de l’étranger qui nous écoutent, qui sont rattachés à la grande circonscription de l’Ile-de-France.

N’ayez pas peur, je serai court. D’abord par courtoisie pour Martin Schulz, qui est quand même celui qui va terminer notre meeting, et parce que je n’ai que trois choses à dire. Ceux qui me connaissent disent que c’est mal parti, parce qu’en général, quand je dis ça, c’est que ça dure très longtemps. Mais je vais concentrer mon propos autour du message que les socialistes veulent envoyer à l’ensemble des Français.

Le premier message : l’Europe est en danger ! L’Europe c’est LA solution mais elle est devenue LE problème pour des millions d’européens. Alors je veux dire au peuple de gauche de ne pas se tromper de colère. Ce n’est pas l’Europe qui est le problème, mais le parti populaire européen (PPE).

C’est le parti populaire européen qui a gouverné l’Europe pendant une décennie. Et face au désastre de sa gestion le Parti socialiste européen est la solution de l’Europe.

Le bilan de la commission sortante de Monsieur Barroso et de l’ensemble des droites européennes est calamiteux. Jugeons le bilan : un chômage en hausse, une croissance en berne, des inégalités qui explosent, peu ou pas d’investissement dans l’avenir, une bureaucratie qui explose, quant au budget, il a fallu toute la ténacité de Martin Schulz et de Catherine Trautmann pour essayer d’arracher un certain nombre de subsides pour les plus pauvres de l’Europe. Sans eux, aujourd’hui, les plus pauvres de l’Europe seraient sans protection.

Mais comment en serait-il autrement ? David Cameron, qui n’est pas membre du PPE, mais vous avouerez qu’ils se ressemblent tous, disait il y a peu de temps : Le grand marché plutôt que la solidarité. Rajoy s’est prononcé contre l’avortement. Madame Merkel a dit cette phrase extraordinaire : La démocratie doit être conforme au marché. Quant à Monsieur Copé, vous l’avez entendu aujourd’hui, il est pour remettre en cause le SMIC, il est d’accord avec le MEDEF sur ce sujet. Mieux, il vient de déclarer : le plan présenté par Manuel Valls à la représentation nationale qui sera discuté dans quelques jours ne va pas assez loin. Il faudrait remettre en cause les minima sociaux, précariser les salariés.

Cette idéologie qui est portée par tous ces hommes et toutes ces femmes, c’est cette idéologie conservatrice aux commandes de l’Europe. Ce sont eux qui ont produit l’austérité continentale. Ce sont eux qui ont fait qu’on se débat dans les plus grandes difficultés aujourd’hui. Car ce sont ceux qui ont une lecture dogmatique et libérale du pacte de stabilité et de croissance. J’y reviendrai.

Ils sont candidats à leur succession. Aujourd’hui, Monsieur Juncker les représente. Pas la peine de vous dire d’où il vient et ce qu’il a fait dans son pays. Ils ont tout abîmé, tout cassé, tout compliqué. Dans le débat entre Juncker et Martin Schulz, l’ancien Premier ministre conservateur a avancé l’idée qu’il était pour une autre Europe. C’est intéressant parce que c’est un aveu.

Nous disons, nous, « notre Europe », eux, ils disent : une autre Europe, car ils ne peuvent pas assumer leur bilan. Ils sont obligés de dire qu’ils veulent autre chose. C’est un aveu, un aveu d’échec.

L’Europe est en danger ! Pas simplement parce que les conservateurs sont à la tête de la commission. Parce qu’il règne en Europe le vent mauvais de l’europhobie. Le national populisme est à la hausse, le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme sont là !

Nos prédécesseurs, les anciens, ont fait l’Europe au nom du plus jamais ça. Et aujourd’hui, dans tous les pays d’Europe, resurgit ce qu’on appelait la bête immonde. Ceux qui veulent chasser les immigrés, veulent faire éclater l’Europe. Ces fanatiques du nationalisme ont en tête l’affrontement entre les communautés. François Mitterrand disait : « Le  nationalisme, c’est la guerre ». Pour éviter cela, il faut construire l’Europe. D’un côté l’immobilisme conservateur. De l’autre une volonté d’éclatement. Mais ce sont les frères jumeaux de combat contre l’Europe, l’un nourrit l’autre.

Mon deuxième mot, ma deuxième phrase, ma deuxième idée, est un plaidoyer pour des règles d’après-crise.

Le dogmatisme et la bureaucratie se sont enkystés aux commandes de Bruxelles. Le traité de Maastricht a fixé au doigt mouillé 3% comme critère de convergence.

Depuis le traité de Maastricht, tout a changé, le nombre d’habitants, leur niveau social, le nombre de pays présents dans l’Europe, la compétition mondiale, la manière de produire, la crise. La commission et le PPE nous disent : Mais enfin, il faut s’adapter ! Par contre les critères de convergences doivent eux être intangibles. La France respecte sa parole, c’est bien. La France a adopté le traité de Maastricht, parfait. Les Français l’ont voté, oui. C’est maintenant un traité assurément. Mais ce traité dit deux choses : qu’il faut la stabilité et qu’il faut la croissance. La stabilité s’est transformée en austérité et la croissance est absente.

Ah, la stabilité, on en a entendu parler, sur tous les noms et dans toutes les langues. Mais la croissance, où est-elle ? Nous en avons tellement besoin pour la stabilité. Où est-elle ? Rien. Aucun projet, aucune action.

Alors, moi, je vous le dis, il faut une autre logique, il faut d’autres règles d’après-crise. Et les critères de 3% qui ont été adoptés dans un temps ne peuvent pas être aujourd’hui appliqués dans le moment de la crise que nous vivons.

Il faut à la tête de la commission une toute autre logique que celle qui est portée par le PPE et les conservateurs. Il faut être capable d’investir dans la croissance, de la faire prospérer, de faire en sorte qu’elle puisse permettre aux peuples d’espérer. Il faut revisiter les critères, relancer la croissance et inventer un traité social.

Et moi, je le dis, oui, nous allons mettre au cœur de la campagne électorale la question d’un nouveau traité social qui permettra aux salariés, aux exclus, aux étudiants, aux jeunes, de pouvoir vivre décemment dans une Europe solidaire.

La troisième idée procède des deux premières. Il faut une nouvelle croissance. Pour promouvoir une nouvelle croissance en Europe, c’est le sens de ce que les socialistes vont défendre, dans leurs euro-circonscriptions.

Au niveau de l’union, nous allons présenter six grands projets prioritaires. Ils doivent être mis en œuvre à 28 si possible, à moins si c’est nécessaire.

L’Europe de l’énergie, l’Europe du numérique, des transports propres, de la défense, des technologies clefs et génériques, de l’agriculture bio. Ces grands programmes d’investissement ne sont pas des plans sur la comète, ils sont nécessaires et rentables.

D’abord pour une Europe de l’énergie. Chaque année, les Européens déboursent 400 milliards d’euros pour payer leur pétrole et leur gaz. La réduction de cette facture serait bénéfique à la relance de nos économies. Une politique européenne de l’énergie doit pouvoir poursuivre trois objectifs : garantir la sécurité énergétique de l’UE, des prix favorables en diversifiant les sources d’approvisionnement et en instaurant un achat conjoint de pétrole et de gaz, non plus dans un ordre dispersé comme c’est le cas aujourd’hui face à Vladimir Poutine et aux émirs. Ce serait l’indépendance de l’Europe.

Aujourd’hui, le peuple ukrainien se tourne vers nous malgré nos difficultés, il demande de pouvoir vivre dignement car ils ont mis un signe égal entre l’Europe et la démocratie, ils se tournent vers nos valeurs. Et nous disons ce soir à monsieur Poutine : bas les pattes devant l’Ukraine.

Le deuxième pilier, c’est pour une Europe du numérique. Le numérique est un enjeu majeur d’innovation et donc de croissance et d’emploi. C’est également un enjeu majeur du point de vue stratégique et industriel tant l’indépendance vis-à-vis de l’extérieur est importante dans ce domaine.

Le troisième pilier : les industries du futur, et miser sur les technologies clefs génériques. Il s’agit des futurs moteurs de l’innovation dans le processus et les produits.

Enfin, pas tout à fait, mais le quatrième pilier, c’est pour une Europe de la défense. Dans ce domaine également, il est essentiel de mutualiser nos forces pour renforcer notre indépendance à l’échelle de l’union. Les derniers conflits au Mali, en Centrafrique, en Syrie, l’ont démontré.

Et je me fais quand même une réflexion. La France est engagée dans ces conflits, elle le fait parce qu’elle estime que c’est nécessaire. Mais elle le fait aussi pour la protection des Européens. Et il faudra bien un jour que l’on discute au niveau de l’Europe de l’engagement souvent seul de la France. Ces engagements pèsent. Ils ne lui permettent pas d’avoir les marges de manœuvre budgétaire qu’elle souhaiterait. Et ceci est supporté par les Français. La solidarité européenne voudrait que la France soit plus soutenue qu’elle n’est aujourd’hui.

Le cinquième pilier c’est le développement des réseaux et infrastructures transeuropéennes.

Terminons évidemment par les activités agricoles et côtières qui doivent se tourner vers l’avenir.

Voilà six points, six éléments qui sont pour nous la possibilité d’une nouvelle croissance.

Alors en conclusion, l’Europe est en danger. Et il faut donc la sauver. Il faut imposer par notre vote des règles pour l’après-crise. Il faut imposer par notre vote une nouvelle croissance. Et il faut porter à la tête de la commission Martin Schulz.

Martin, tu es né au cœur de l’Europe. Tu as vécu au cœur de l’Europe. Tu as l’Europe au cœur. Et tu seras le cœur battant de l’Europe demain.

Cher(e)s ami(e)s, cher(e)s camarades, le vote qui interviendra le 25 mai est un vote historique pour deux raisons.

La première, nous utilisons une faille dans le traité, je ne suis pas certain que ceux qui l’avaient rédigé pensaient qu’un jour on se retrouverait avec des listes continentales et la possibilité de voir un responsable majoritaire dans le Parlement pour être élu à la commission. Mais c’est ainsi !

C’est historique parce que pour la première fois les Européens, par l’intermédiaire de leur parlement, vont peser sur la commission qui est une sorte de gouvernement de l’Europe. Les Européens vont pouvoir élire pour la première fois le président de la commission. C’est historique ! L’enjeu est continental. Il ne faut pas simplement se déterminer sur les problèmes que nous vivons dans notre propre pays.

Historique pour une deuxième raison : Les Européens ont entre leurs mains leur destin. Soit les conservateurs restent et leur politique continuera, soit le Parti socialiste européen sera majoritaire et un nouveau cap sera donné à l’Europe. Je le souhaite et je le crois, au Parlement européen il rassemblera à gauche l’ensemble des forces qui veulent vraiment autre chose, autrement. Il y aura un engagement social au niveau de l’Europe. Tout le climat politique européen changera. Et je dirais même : tout le climat français changera.

Nous conduirons notre action dans un tout autre environnement. C’est la raison pour laquelle il faut tout faire pour essayer de rassembler l’ensemble de nos concitoyens sur un seul objectif : en terminer avec cette politique d’austérité qui mine les peuples, les jette dans la rue et conduit à la destruction de l’Europe à petit feu.

 

Crédit photo: Philippe Grangeaud

 

 

19 Avr

Commentaires fermés sur Mon dernier meeting au Pertuis: « Rien n’est joué ! »

Mon dernier meeting au Pertuis: « Rien n’est joué ! »

par

« Mes amis !

Comme c’est charmant, sur la base de sondages aussi hypothétiques que contradictoires, ce diagnostic de victoire au 1er tour pour François Hollande.

Comme c’est touchant ces pronostics répétés par des concurrents de gauche ou écologistes. Ecoutez les ! C’est fait ! C’est plié! Circulez ! Comme on aimerait ici ou là que la victoire annoncée libère les électeurs de l’impérieuse nécessité de frapper avec François Hollande un grand coup dès le 1er tour. (…) On vous dit de toute part: « Allez à la pêche à la ligne. Faites vous plaisir. Il a déjà gagné ».

Non ne vous laissez pas berner, ne vous démobilisez pas ! Pas de lâche soulagement ! Pas d’illusion démobilisatrice ! Pas de raccourci, c’est dimanche qu’il faut voter. c’est là que tout se joue ! (…) Tous ceux qui veulent d’abord en finir Avec Sarkozy pour rendre le changement possible doivent rester sourds à la victoire annoncée ! Il faut resté mobilisé ! Chaque voix compte ! Dimanche c’est l’heure du choix entre la continuité et le changement ! »

 

18 Déc

3 Comments

Meeting dans le Pas de calais

par

Malgré la neige, le verglas, les routes bloquées, le meeting de Béthune a pu se tenir. 200 présents sur les près de 500 qui avaient achetés leur dîner. En présence de la Voix du nord et de la presse locale, Catherine Génisson (Première secrétaire fédérale), Daniel Percheron (Président du Conseil Régional), Serge Janquin (Député du Pas-de-Calais) et Dominique Dupillet (Président du Conseil Général), bloqués par la neige n’ont pas pu participer au meeting. Dans une ambiance populaire et conviviale, Jacques Mellick précéda comme orateur Jean-Christophe Cambadélis qui s’adressa au banquet décrivant la crise des « années 10″, faite de convergence de crises dominées par la crise systémique du capitalisme financier. Puis il critiqua les vraies erreurs et faux semblant de Nicolas Sarkozy. « Sarkozy comprend mieux les riches que la France », « la farandole des échecs met le Président au plus bas. Au point qu’on s’interroge ici sur sa capacité à se présenter » stigmatisant « la politique du renoncement et de la subordination à la merkelisation de l’Europe », Jean-Christophe Cambadélis décrit l’année à venir comme celle de la transition vers la France nouvelle et la sortie de crise.

Appelant à l’union, « la désunion est la seule carte du pouvoir » soulignant « l’absence crasse de propositions. On nous propose de continuer une politique imperméable à la question sociale ». Dressant les premiers éléments de l’alternative construite grâce à Martine Aubry: « Un plan de sortie de crise autour de trois idées. Croissance durable par la relance européenne, la vie en mieux: logement, éducation, santé et la démocratie en mieux où les Français retrouveront la parole ».

Enfin, Jean-Christophe Cambadélis s’en ai pris au Front National « c’est Sarkozy en pire, le même programme, l’indignité nationale en prime ». En conclusion il appela à la mobilisation pour les élections cantonales « le débat est simple, les candidats qui vous protègent contre les candidats qui protègent Sarkozy » persuadé que le succès aux cantonales « sera bon pour la France et pour l’alternative » avant que les majorettes pénètrent dans la salle et qu’un couscous géant soit servi.

12 Mar

1 Comment

Humilité, bouclier (social), unité !

par

J’étais au meeting du Cirque d’Hiver hier soir, le soutien à Jean-Paul Huchon, l’enthousiasme était palpable. Non seulement les sondages sont bons mais la volonté de faire du PS l’ennemi absolu pour l’UMP vaut tous les indices. L’UMP dans les cordes a toujours les mêmes réflexes pour mobiliser son électorat, de Ouvéa… à la Burqa…

Indépendamment de ce que l’on pense de cette question, annoncer à 48h du scrutin une loi interdisant la burqa démontre la lepenisation de la fin de la campagne. Pressentant le tournant du quinquennat, Sarkozy évoque en dernière minute une pause dans les réformes en 2011 après avoir dit qu’il ne changerait rien. Nous sommes à la veille de « l’hypoprésidence » avec l’UMP sur la défensive appliquant son programme à contre-temps, retraites, taxe carbone, hôpitaux, éducation…

Le PS en a fait la démonstration hier, il a rompu avec l’hégémonisme, il sait d’où il vient, il sait où il veut aller. Alors son mot d’ordre se résume en 3 mots: Humilité, bouclier (social), unité !

24 Avr

Commentaires fermés sur «Envoyer un signal fort à Nicolas Sarkozy»

«Envoyer un signal fort à Nicolas Sarkozy»

par

Bonjour, je vous propose de lire ci-dessous une interview publiée aujourd’hui sur le site liberation.fr

Les socialistes de l’UE tiennent un meeting commun vendredi à Toulouse. Jean-Christophe Cambadélis, chargé au PS de l’international, détaille les axes de leur campagne placée sous le signe d’un «double changement».

La famille socialiste européenne au complet, ce soir à Toulouse. La première secrétaire du PS Martine Aubry et le président du PSE, Poul Nyrup Rasmussen, donneront ce soir le coup d’envoi à une campagne commune. L’occasion d’afficher l’unité à l’échelle des 27 pays de l’UE, après l’adoption du Manifesto, et de recoller les morceaux, sur le plan national. Le choix de la France pour lancer la campagne ne doit rien au hasard, d’après Jean-Christophe Cambadélis. Alors que «la crise a impacté les partis socialistes, qui se sont davantage recentrés sur le social», la ligne «que défend le PS français est aujourd’hui légitimée», estime le secrétaire national du PS à l’international. Lire la suite…

20 Avr

2 Comments

Interview dans le Parisien

par

logo_parisienLe Parisien du jour (lundi 20 avril) publie une interview que je vous propose de retrouver ci-dessous:

Membre de la direction du PS, Jean-Christophe Cambadélis dirige la campagne du Parti pour les européennes du 7 juin.

Les nouvelles excuses de Ségolène Royal sont-elles justifiées ?

Soit  Nicolas Sarkozy s’est moqué de Zapatero et ce n’est pas glorieux. Soit il n’a pas prononcé ces mots et alors restons-en là ! Si Ségolène doit s’excuser à chaque fois que Sarkozy fait une boulette elle va passer sa vie à genoux.

Alors que le PS lance cette semaine sa campagne européenne, cette polémique ne détourne-t-elle pas les enjeux du scrutin ? Lire la suite…

04 Avr

Commentaires fermés sur Européennes: le PS prévoit "mille initiatives" et plusieurs meetings

Européennes: le PS prévoit "mille initiatives" et plusieurs meetings

par

PRPS.pngPARIS (AFP) – Le PS va lancer pendant la campagne des élections européennes « mille initiatives dans toute la France », tiendra huit meetings nationaux en présence de Martine Aubry et sollicitera les « leaders nationaux Laurent Fabius, Ségolène Royal, Bertrand Delanoë, François Hollande ».

Le secrétaire national du PS aux Relations internationales, Jean-Christophe Cambadélis, directeur de campagne, a expliqué vendredi à l’AFP qu’il concevait cette campagne en deux temps. Première « orientation »: une « thématique de double sanction » à l’égard de Nicolas Sarkozy et du président de la Commission européenne de droite, José Manuel Barroso.

Puis, après le 24 avril, date du premier meeting national à Toulouse avec Mme Aubry, le PS compte « basculer » dans une seconde phase, avec « mille initiatives » dont des visites d’usine, rencontres avec des ONG, en clin d’oeil aux 1.000 projets de relance du gouvernement.

Parallèlement, le PS compte tenir « un millier de réunions », dans toute la France « pour être au plus près des Français et motiver notre électorat ».

Huit meetings sont prévus avec Martine Aubry. « Nous allons demander à l’ensemble de nos leaders nationaux de participer au maximum à ces réunions: Laurent Fabius, Ségolène Royal, François Hollande, Bertrand Delanoë », explique le député de Paris.

Ces européennes sont « une chance » car « les socialistes européens peuvent pour la première fois sanctionner la doite sortante en devenant majoritaire au Parlement européen et barrer la route à Barroso », souligne M. Cambadélis.

Le 8 avril « toutes les sections vont faire des réunions de formation sur la question européenne, sur le thème du +manifesto+ » commun à tous les socialistes européens.