Tag Michel Sapin

18 Nov

3 Comments

Arrêtons les conneries

par

Le PS n’est pas menacé de gauchisation. C’est Pierre Moscovici, proche de DSK en dernier ressort, qui a conduit la Convention sur le modèle économique. C’est Michel Sapin, rocardien et proche de Hollande qui a élaboré le plan de relance. C’est Jérôme Cahuzac et Alain Muet, proche de DSK, qui conduisent la politique économique du PS. C’est moi-même avec Laurent Fabius qui a piloté la Convention internationale. C’est Marisol Touraine, proche de DSK, qui a élaboré le projet sur les retraites. C’est Marie-Pierre de la Gontrie, proche de DSK, et Elisabeth Guigou qui pilotent le Forum sur les libertés et la justice. C’est Jean-Jacques Urvoas, proche de DSK, avec François Rebsamen, qui ne vient pas précisément de la gauche du parti qui a conduit la Convention sur la sécurité.

Aucun président de Région n’est membre de la gauche du PS. Et franchement, Martine Aubry ne gère pas en gauchiste la communauté urbaine de Lille. Enfin, je ne voudrais pas être discourtois avec Benoît Hamon, mais le texte sur l’égalité réelle endosse une problématique qui n’était pas au point de départ la sienne. Reste le chiffrage du projet, c’est une plaisanterie alors qu’on parle d’un projet à 20 ans.

Deuxième bêtise le risque de droitisation de DSK via les « compliments de Sarkozy », je ne sais pas si DSK sera candidat mais si c’était le cas, à force de lui dresser des lauriers, il sera impossible à Sarkozy de le critiquer. Il se tire une balle dans le pied sans tromper la gauche qui est sarkophobe. Par ailleurs, méditons les résultats de Papandreou. Le mouvement social ne fait pas une élection.

Autre argument, il y aurait une gauchisation qui empêcherait, s’il le souhaitait, DSK de se présenter. Au-delà du fait que personne ne peut préjuger du choix de DSK, ceux qui agitent cette idée l’aiment tellement qu’ils se proposent de le remplacer s’il ne venait pas. « Au secours » ! Pourvu qu’il ne vienne pas ».

Enfin, dernier argument futile: Sarkozy est prêt et la gauche ne l’est pas. On « rêve » ! Sarkozy est dans les cordes et la gauche avance à son pas. Qui s’imagine qu’il va gagner les cantonales ou les sénatoriales. Dans moins de deux mois, tout sera à refaire. Sarkozy le sait, il ne peut rebondir. Il ne peut que se faire réélire car l’élection présidentielle est un temps politique en soi. Il prépare donc le moment autour de trois positions. Reprendre pied dans son camp. Faire de son handicap, il est impopulaire, un avantage. Il aurait réformé. Parier sur la fragmentation du centre et la concurrence entre les populistes pour passer le premier tour. Quant au second, il avisera.

Le PS doit être aussi froid et arrêter d’être balladé, balayer les idioties: le PS construit pas à pas un réalisme de gauche, le « social réalisme », qui est une alternative crédible et sociale à Sarkozy. Il est la seule alternative crédible à Sarkozy car il est la seule formation capable d’attirer sur sa droite et sur sa gauche. Il a écrasé Sarkozy aux régionales. Ses leaders sont populaires et il a fait émerger de nouvelles têtes. Ses élus veulent gagner sinon la réforme territoriale s’appliquera. Et surtout, le peuple est inconditionnellement pour la défaite de Sarkozy qui a échoué et déçu.

25 Juin

Commentaires fermés sur Sommet du G20 de Toronto: le monde a besoin d’un G20 enfin utile !

Sommet du G20 de Toronto: le monde a besoin d’un G20 enfin utile !

par

Le Parti socialiste lance un appel aux dirigeants du G20 pour qu’ils prennent enfin des décisions pour mettre en place une véritable régulation financière et économique et pour relancer la croissance mondiale sur des bases saines et durables.

Les propositions de taxation des banques portées par l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, ainsi que par les Etats-Unis, et l’annonce par la Chine de sa volonté d’assouplir sa politique de change, constituent des premiers pas en avant mais elles doivent aboutir maintenant à des résultats concrets. La taxation des banques ne doit pas se limiter à une obole purement symbolique sans effet sur la limitation de la spéculation et incapable d’apporter de ressources suffisantes pour financer une politique de redressement des comptes qui ne détruise pas la croissance.

Alors que les marchés financiers poussent aujourd’hui les Etats à mettre en place des plans d’austérité, oubliant que ces Etats ont bien souvent creusé leurs dettes pour sauver la finance mondiale de l’effondrement, la question de la régulation financière reste centrale. Nous avons besoin de politiques équilibrées d’accompagnement de la reprise par des politiques de soutien à l’activité et de réduction des déficits et elles seraient facilitées par un encadrement plus strict des marchés financiers. Lire la suite…

29 Avr

Commentaires fermés sur Parti Socialiste – Crise financière grecque: l’Europe à la croisée des chemins

Parti Socialiste – Crise financière grecque: l’Europe à la croisée des chemins

par

Le Parti socialiste déplore l’attitude de l’Europe dans la crise financière qui touche la Grèce et qui fait souffler un grand vent d’inquiétude sur la zone euro.

L’Union européenne a trop tardé à réagir. L’impuissance du moteur franco-allemand est palpable. L’inefficacité de la Commission européenne est dommageable. Surtout, la montée des égoïsmes est redoutable pour l’avenir de l’Europe. Si cette crise des finances publiques n’est pas arrêtée, c’est toute l’Europe qui va subir une deuxième crise financière très grave. Il faut que les européens comprennent qu’en aidant un État membre, aujourd’hui la Grèce, c’est l’ensemble de la zone euro qu’ils vont aider.

Il faut faire vite clair et fort pour bloquer la spéculation des marchés qui ont l’impudence de jouer contre les États qui se sont endettés pour les sauver.

Il faut tirer les leçons de la crise de l’euro en imposant des politiques de coopération et un gouvernement économique à l’échelle de l’Union européenne.

Le PSE et le Parti socialiste, dès le début de la crise, ont demandé l’urgence et proposé des modalités de protection de la zone euro par l’application et l’extension de l’article 122 du Traité de Lisbonne. Ils considèrent qu’on ne peut concevoir la solidarité comme un élément de dernier recours.

Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à l’Europe et à l’International
Michel Sapin, Secrétaire national à l’économie

26 Mar

Commentaires fermés sur Sommet européen de Bruxelles: l’Europe doit faire preuve de solidarité

Sommet européen de Bruxelles: l’Europe doit faire preuve de solidarité

par

Les dirigeants des vingt-sept pays membres de l’Union européenne se réunissent aujourd’hui et demain en sommet à Bruxelles sur les questions économiques.

Alors que la Grèce traverse une crise grave de ses finances publiques due a la politique libérale, liée en grande partie aux effets de la crise économique et financière, et aux attaques spéculatives, les Européens ont pour le moment été incapables de se mettre d’accord sur un plan d’aide.

L’Europe doit faire preuve de solidarité et répondre elle-même aux difficultés rencontrées par ses pays membres. Le recours au FMI serait un très mauvais signal et un aveu d’échec pour la zone euro.

Le Parti socialiste appelle le Président de la République à tout mettre en œuvre pour parvenir à une solution européenne. La zone euro doit se doter des moyens de résoudre ses propres problèmes et faire preuve de solidarité. Lire la suite…

03 Avr

Commentaires fermés sur Le PS réagit à propos du G20

Le PS réagit à propos du G20

par

communique_image.jpgPARIS, 3 avr 2009 (AFP) – Le Parti socialiste a estimé vendredi que les conclusions du G20 « marquent une avancée », mais il demande à Nicolas Sarkozy de les faire suivre d’un « nouveau plan de relance » de l’économie française.

« Les conclusions du G20 marquent une avancée. Avancée sur la méthode, celle qui consiste à associer des pays représentant toutes les principales régions de la planète » et « avancée sur le fond, concernant la relance de l’économie mondiale et des premières mesures de régulation », affirment dans un communiqué Michel Sapin et Jean-Christophe Cambadélis, secrétaires nationaux à l’Economie et à l’international.

Pour le PS, le fait que le FMI et la Banque mondiale voient leurs moyens renforcés est « une bonne nouvelle ». « Des premières mesures de régulation de la finance mondiale sont prises » qui « vont dans le bon sens », ajoute le PS citant celles sur « les paradis fiscaux », « la réglementation des niveaux de rémunération », « les nouvelles règles pour sécuriser le système financier mondial.

« Il faut maintenant que les pays prennent les décisions qu’imposent les décisions du G20 », affirme le Parti socialiste. Lire la suite…