Tag motions

14 Avr

Commentaires fermés sur L’invité du « Téléphone sonne » sur France Inter

L’invité du « Téléphone sonne » sur France Inter

par

France inter telephone sonne

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité d’Hélène Jouan dans l’émission Le Téléphone sonne sur France Inter.

 

Retrouvez ci-dessous le podcast de l’émission:

07 Nov

7 Comments

Après le vote des militants pour le Congrès de Reims

par

Premiers enseignements

PRPS.jpgLes militants socialistes ont voté. Ils doivent être remerciés pour ce moment de démocratie peu commun dans l’univers partidaire Français.

Qu’ont ils dit ?

Il faut que cela change à gauche tout en restant crédible. A l’aune de cette exigence, la motion Bertrand Delanoë/François Hollande s’affaisse comme nous le pensions. Nous verrons plus loin pourquoi. Ségolène Royal ne fait pas un triomphe mais son relatif maintien apparaît comme un succès.

La gauche du parti retrouve son étiage mais elle a immédiatement éclaté.

Martine Aubry fait le score que nous espérions, seule la faible participation dans le Pas de Calais lui interdit d’être dans un mouchoir avec Ségolène Royal.

Le triptyque de la motion Aubry, nouvelle donne donc rénovation, le changement c’est le dépassement des querelles, une motion centrale à gauche collait à l’état d’esprit du PS. Nous n’avons pu le mettre en mouvement que tardivement pour les raisons que l’on sait.

Il n’y a aucune raison pour la motion D de changer de cap. Il n’y aura de rassemblement utile et crédible que si il prend pour référence cette équation : Renouveau, nouvelle gauche et éthique militante.

Personne ne peut imposer sa motion comme majorité. En ne plaçant aucune des motions à un niveau incontournable, les militants du PS ont notifié leur envie de ne pas présidentialiser le PS. La motion D est donc dans ces conditions en position centrale à gauche.

Ségolène Royal vient de déclarer qu’elle voulait discuter avec Martine Aubry. Bertrand Delanoë et François Hollande se rejettent la responsabilité mais appellent au rassemblement et la motion C est tiraillée entre Henri Emmanuelli qui « pense qu’il a le chemin pour s’opposer à Ségolène Royal », Benoît Hamon qui souhaite maintenir une candidature identitaire et Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez qui viennent de quitter le PS avec leurs troupes.

Transparence, calme et cohérence vont donc animer les responsables de la motion D qui étaient hier soir satisfaits et sereins d’avoir fait de leur motion une référence. Il n’y a pour nous aucune fragmentation mais une indication… incitation à la rénovation.

Analysons la contre performance de Bertrand Delanoë et François Hollande. Lire la suite…

04 Nov

1 Comment

Congrès PS: Cambadélis reproche à Hollande de faire « le coup de la peur »

par

communique_image.jpgPARIS, 4 nov 2008 (AFP) – Le député Jean-Christophe Cambadélis, signataire de la motion de Martine Aubry pour le 75e congrès du PS, a reproché mardi au premier secrétaire François Hollande de faire aux socialistes « comme à chaque congrès, le coup de la peur et de la défiance ». François Hollande a affirmé mardi, une fois de plus, dans Le Parisien que « pour que le congrès de Reims soit clair et limpide, une motion doit nettement se détacher et un vainqueur être proclamé. Si tel n’est pas le cas, le PS risque d’être ingouvernable et réduit aux combinaisons et aux arrangements », affirme mardi le député de Corrèze dans Le Parisien, demandant à nouveau aux militants PS de porter nettement en tête Bertrand Delanoë et sa motion.

Le député de Paris, dans un communiqué, estime que « François Hollande nous fait, comme à chaque congrès, le coup de la peur et de la défiance. Au moment où tout change, le Parti socialiste doit faire le pari d’une nouvelle
confiance et ne pas s’arc-bouter sur un conservatisme partidaire déphasé », déclare Jean-Christophe Cambadélis, à deux jours du vote des adhérents sur les motions en lice pour le congrès.