Tag nord

25 Mar

Commentaires fermés sur L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique en partenariat avec LCI

L’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique en partenariat avec LCI

par

RAdio Classique 25032015

Jean-Christophe Cambadélis était ce matin l’invité politique de Guillaume Durand dans la matinale de Radio Classique et LCI.

Retrouvez la vidéo de l’interview ci-dessous:


Jean-Christophe Cambadélis, invité de Guillaume… by radioclassique

07 Juin

Commentaires fermés sur Hommage à Pierre Mauroy

Hommage à Pierre Mauroy

par

HOUPLIN-ANCOISNE : Martine Aubry inaugure l'esplanade Pierre Mauroy

Voici un an que Pierre Mauroy nous quittait. Le 7 juin 2013. Commémorer cette douloureuse disparition est pour tous les socialistes l’occasion de saluer le parcours exceptionnel d’un homme.

Pierre Mauroy était un homme du peuple, auquel il resta fidèle dans tous ses combats et dans chacune de ses actions. Issu de la méritocratie républicaine, il sera le premier chef de gouvernement socialiste de la Vème République. Ayant pu avoir accès à l’histoire, il sut la façonner avec des réformes fondamentales pour la transformation de notre pays et essentielles pour le peuple de Gauche.

Homme de conviction, Pierre Mauroy incarna, au fond, le socialisme en action. Comme le 18 septembre 1981, jour où l’Assemblée nationale vota l’abolition de la peine de mort. Comme le 16 janvier 1982, quand son gouvernement offre par ordonnance une cinquième semaine de congés payés ainsi que la réduction de la semaine de travail à 39 heures. Ou encore le 25 mars 1982, quand il abaisse l’âge de la retraite à 60 ans. Et comment ne pas citer les grandes lois de décentralisationque Pierre Mauroy a portées pour, disait-il, libérer une « France asphyxiée par le centralisme ». Sans oublier bien entendu, le 18 mai 1993 lorsque le TVG fait son entrée dans la gare de Lille, projetant encore un peu plus sa métropole dans la modernité.

On retient beaucoup de Pierre Mauroy l’action du chef de gouvernement, mais cet enfant du Nord avait choisi très tôt la famille socialiste et il y était resté même à des heures où celle-ci était décriée, divisée, lorsque d’autres courants de gauche la condamnaient à la disparition.
Pierre Mauroy, Maire de la ville de Lille qui su la moderniser. Il fut aussi l’homme qui dans le sillage de Willy Brandt avait ouvert l’Internationale socialiste à la gauche nouvelle qui se levait dans le monde.

Je ne peux oublier que Premier secrétaire puis président fondateur de la fondation Jean Jaurès, il apporta des pierres décisives au socialisme.

Toutes ces réalisations, toutes ces avancées, tous ces acquis sont autant de raisons de garder la date du 7 juin 2013 dans nos mémoires, reconnaissantes et fières.

04 Oct

2 Comments

Meeting à Wattrelos puis Roubaix, diffusion devant La Redoute

par

Jean-Christophe Cambadélis, député et secrétaire national du PS à l’Europe et aux relations internationales, était à la sortie de la Redoute hier, pour promouvoir la candidature de Martine Aubry.

« Venir soutenir Martine à la Martinoire, ça me semble normal non ? », plaisante le député-maire Dominique Baert. À ses côtés, son « ami » Jean-Christophe Cambadélis, venu tout spécialement de Paris pour distribuer des tracts. Et l’emplacement n’a pas été choisi au hasard. La Redoute, c’est 2 400 salariés et la plus grosse entreprise de Wattrelos. Stratégique.

« Deux parlementaires, devant cette entreprise, ça montre bien que nous sommes à la reconquête du milieu ouvrier, se réjouit Jean-Christophe Cambadélis. Et puis, faire campagne ici, près de Lille, c’est un peu jouer à domicile ! » Depuis des semaines, il tourne ici ou là pour mettre en avant la candidature de sa championne Martine Aubry. « Nous devons expliquer en quoi elle est mieux que les autres pour nous offrir une alternance à la sinistrose de Nicolas Sarkozy, poursuit-il. Elle s’est préparée en préparant le Parti socialiste à cette campagne, à son projet. » Vers 17 h 45 hier, peu de monde à la sortie de l’entreprise pour prendre un tract. Mais qu’importe ! L’essentiel est d’être vu, et que le bouche-à-oreille s’occupe de répandre la nouvelle. Après une trentaine de tracts remis aux salariés, Jean-Christophe Cambadélis remonte dans sa voiture. Aujourd’hui, il est à Paris. Le vote a lieu dimanche.

FÉLIX PENNEL – Lire l’article sur la site de Nord Eclair