Tag papademos

14 Nov

1 Comment

Monti/Papademos n’ont pas les moyens de leur politique

par

L’Europe ferme les robinets de la solidarité et de l’aide aux démunis, ce qui indique au passage l’extrême intransigeance de la droite allemande sur une ligne ultra libérale, individualiste et bornée. La pression aveugle conduisant à la récession a comme corollaire de déposséder les peuples de leur représentation.

L’Italie et la Grèce en font les frais. Mais les technocrates dépolitisés et censés faire la politique qui rassure les marchés n’ont pas les moyens de cette politique. D’abord parce que les fonds souverains principalement anglo-saxons ne veulent pas sauver l’euro. Ils cherchent des nouveaux gisements de spéculation. Ensuite les majorités parlementaires ne sont pas liées aux nouveaux premiers ministres (Silvio Berlusconi d’une part, Georges Papandreou de l’autre règnent sur leur majorité). Elles évolueront en fonction de leurs intérêts électoraux. Enfin les peuples privés de parole n’accepteront pas longtemps les plans  » d’ajustement d’austérité  » à répétition. Donc cela ne tiendra pas ! Il est temps de parler haut et fort pour une autre politique européenne car nous courons à la catastrophe…

12 Nov

Commentaires fermés sur L’extrême droite dans le gouvernement de coalition nationale grecque: le choc !

L’extrême droite dans le gouvernement de coalition nationale grecque: le choc !

par

La bataille pour l’union nationale grecque fut longue et agaça les commentateurs. Elle a une raison: la guerre civile grecque est toujours vivace dans la mémoire collective. Entre 1946 et 1949 elle opposa la droite soutenue par les Anglais et la gauche soutenue elle par Tito. Elle fit des victimes dans toute la Grèce et dans chaque famille. Il y a au tréfond du peuple grec cette blessure jugée insurmontable par beaucoup. Alors que Georges Papandreou ait réussi à contraindre la droite de la nouvelle démocratie à entrer dans l’union nationale relève d’un exploit.

Mieux il a réussit à mettre le pays devant ses responsabilités et faire sortir la nouvelle démocratie de sa démagogie quasi « sortiste » de l’euro. Aujourd’hui 7o % de la population refuse de sortir de l’euro. Ce qui ouvre le chemin au consensus pour les efforts nationaux. Le nouveau premier ministre est à la mode des experts dépolitisés exigée par la doxa financière.

Papademos fut gouverneur de la banque centrale Grècque entre 1994 et 2002. C’est à dire au moment même où la Gréce entra dans l’euro avec des comptes truqués paraît-il. Mais passons ! Le dit gouverneur ami de M. Trichet était le point commun entre Georges Papandreou pour le PASOK et E. Venizelos son opposant -partenaire, A. Samaras patron de la droite de la nouvelle démocratie et … C’est là où le problème commence, G. Kadatzaferis leader du parti d’extrême droite LAOS. Cet homme aux accents antisémites, ce leader qui estimait le Mossad responsable du 11 septembre. Bref, cet animateur de la droite extrême est l’ancien responsable des jeunesses des colonels qui renversèrent le grand père de G. Papandreou pour établir une dictature. Disons le, cette présence interpelle et choque de nombreux grecs. Nicolas Sarkozy a salué le gouvernement Papademos en connaissant cette présence. Cela ne nous étonne pas. Mais même pour 12 semaines, il est vraiment peu probable que les socialistes français et européens le fasse.