Tag psa

25 Juil

Commentaires fermés sur Le volontarisme de gauche

Le volontarisme de gauche

par

Le gouvernement a présenté le plan de soutien au secteur automobile. 
350 millions d’euros de crédits seront réorientés pour aider les constructeurs à innover et pour soutenir les sous-traitants et les distributeurs. Cette somme importante s’inscrit dans une action cohérente, en lien avec les pôles de compétitivité, la Banque publique d’investissement, la Banque européenne d’investissement et l’Union européenne. Ce plan est une rupture avec le laisser-faire de la droite qui se contentait de verser des aides sans contrepartie. Leur politique a coûté cher à notre industrie. Voilà pourquoi une évaluation périodique de la dépense publique est intégrée à ce plan. C’est une garantie de saine gestion des finances publiques.

Cette réponse s’inscrit dans le nécessaire effort de conversion écologique de cette industrie qui est une garantie de pérennité et d’avenir du secteur.
 Avec ce plan, c’est l’ensemble de la chaîne de production et de commercialisation des véhicules qui est concernée: de l’investissement dans la R&D à la fin de vie des véhicules (avec l’industrie de la déconstruction et du recyclage), en passant par la surveillance des accords commerciaux ou encore le soutien aux véhicules plus respectueux de l’environnement.
 Le véhicule propre doit devenir un objet de la vie quotidienne des Français, leur permettant de limiter leurs dépenses liées au prix de l’essence. C’est un enjeu essentiel pour le pouvoir d’achat.
 Ce plan de soutien, c’est donc l’ébauche du volontarisme de gauche en matière industrielle.

14 Juil

1 Comment

Automobile: mobilisation générale

par

D’abord M. Varin doit assumer ses responsabilités ! Invité de RTL pour justifier son plan de suppression de 8000 emplois annoncé par son groupe, Philippe Varin, PDG de PSA s’est totalement défaussé de ses responsabilités. Alors que des milliers de familles et de territoires entiers s’apprêtent à subir les conséquences du plan social de PSA, les déclarations de Monsieur Varin, qui expliquent que le problème est le coût du travail en France, sont pitoyables et dérisoires.

Lorsqu’en 2010 Monsieur Varin avait quadruplé son salaire en le portant à 3.25 millions d’euros, la question du coût du travail le préoccupait moins qu’aujourd’hui.

Faut-il également rappeler que PSA a bénéficié d’un plan de soutien considérable des pouvoirs publics, 4 milliards pour permettre à la filière automobile française de faire face à la concurrence sur le coût du travail.

C’est d’abord le manque de vision stratégique de la direction de PSA qui a placé le groupe dans les difficultés qu’il connait aujourd’hui. Ensuite il faut contester le fond et la forme du plan présenté par PSA. Enfin il faut un plan de soutien à la filière automobile. Il sera présenté par le gouvernement le 25 juillet.

Après des années de négligence qui ont conduit à la disparition de 750 000 emplois industriels depuis 2002, la France paie au prix fort le manque d’ambition de l’UMP pour l’emploi, la croissance et la vitalité économique. Quant à la question sur la compétitivité, elle sera biaiser tant que l’euro sera fort face à un dollar et un yuan maintenu bas par des décisions d’état, elle devient urgente. Le débat sur le niveau de l’euro, le niveau des taux et la mutualisation de la dette refuser par la droite allemande est une nécessité. Sinon le débat sur la compétitivité pour peu qu’il ait une réalité est vain.