Tag récession

17 Déc

3 Comments

La récession !

par

Nous y sommes ! Chômage de masse, fermetures d’usines, exclusions, pauvreté, relégation, précariat etc. et cela ne fait que commencer. Nous avions dit, expliqué, développé, cette idée simple: Une politique d’austérité sans juguler la spéculation conduit à la récession. Il suffit de voir la Grèce. La seule trithérapie contre la crise c’est la Banque Centrale prêteuse en dernier ressort, les eurobonds et la taxation des mouvement de capitaux. Le tout assorti d’un gouvernement économique qui propose des politiques coopératives et un budget qui permet une relance par le financement des infrastructures.

Le cycle de dépression économique, sociale et politique dans lequel nous entrons ne promet rien de bon. La seule difficulté c’est le dogmatisme des droites européenne qui conduit l’Europe à la ruine. Le fameux traité Merkel – Sarkozy est non seulement un non sens économique mais il pave la montée de l’extrémisme. Il est temps que les gauches et les écologistes parlent d’une seule voix. Il faut changer de politique en Europe.

Il faut changer de président en France. Sinon c’est la récession pour longtemps et le déclin pour toujours.

21 Sep

3 Comments

On danse sur un volcan

par

 

Mais quand nos élites médiatico-politiques vont elles saisir que nous courons à la catastrophe ? La Grèce étranglée, dans l’impossibilité de rembourser. L’Italie dégradée. L’Espagne, le Portugal arrêtés. L’Euro craque de toute part, l’Europe flirte avec la récession. Le FMI pense qu’il y a une chance sur trois que les Etats-Unis fassent de même. Les indignés sont dans les rues et les banques dans le rouge. Et l’on va d’un fait divers à un commentaire, fascinés par l’affaire DSK, Chirac, Bettencourt, Guerini, obsédés par les demi phrases, cherchant avec une jubilation morbide à se moquer de tout. Insouciants au drame qui vient. Mais mes pauvres amis, il ne sera pas seulement question d’économie, cela débouchera sur des bouc émissaires et autres tentations nationalistes. Les historiens qui se demandent comment les sociétés ont été aveuglées dans l’avant guerre en 1913 ou en 1939. Ils ont sous leurs yeux cette irrésistible et insouciante envie de danser sur le volcan. Pendant que nos gouvernants repoussent devant eux les problèmes de peur de déranger nos élites qui s’amusent et nos peuples qui s’inquiètent. Le ciel s’assombrit jour après jour et les marchés, canards sans tête, courent en tous sens.

14 Sep

1 Comment

Qui peut croire que les Grecs vont revenir aux drachmés ?

par

D’abord il n’y a rien dans les traités permettant de mettre un État à la porte. Ensuite les Grecs continueraient de vivre avec leurs euros. On aurait deux monnaies. Et dans les jours précédents ce serait la ruée pour retirer l’épargne. Ce qui conduirait à l’effondrement des banques grecques et par voie de conséquence leur nationalisation. Vu la dette ce serait l’affaissement de l’État. Enfin L’hyper-compétitivité de la Grèce serait virtuelle vu l’état proche du néant de l’industrie. Le poids de la dette remboursée en drachmés impossible et les produits importés coûteraient une fortune etc… Cette stratégie du chaos ouvrirait un effet dominos Espagne/Portugal/Italie/France et vu l’interdépendance balayerait l’Europe du nord. Quant à l’Allemagne la crise de confiance suivrait. Car il est illusoire de croire que dans une Europe en récession Berlin et Francfort continueraient à exporter.

Bref, no way ! Économiquement désastreux, socialement impraticable, financièrement dévastateur. Tout cela alors que si la Grèce empruntait au même taux que le Japon, elle pourrait faire face. Mais pour cela il faudrait une solidarité européenne et une politique coopérative. Pour l’instant on n’a ni politique à court terme, ni politique à moyen terme, ni visibilité à long terme. Nous vivons « un Munich économique » et fantasmons sur des scénarios improbables.

02 Sep

1 Comment

LA CRISE EST LA

par

L’économie en fusion !

La dette grecque jugée « hors de contrôle ». La bourse de Francfort qui malgré la règle d’or perd 5 points il y a une semaine. Sous la pression des marchés et de l’Allemagne, l’Europe plie sous le poids de l’austérité budgétaire érigée en pensée unique. Les résultats sont là ! La croissance s’effondre et le chômage touche 10% de la population active. La crise des ciseaux entre désendettement et croissance fait fondre l’économie européenne. Pour combattre la dette de chaque pays, les plans d’austérité se multiplient, coupes dans les dépenses notamment sociales et des hausses d’impôts qui entravent l’activité. La production industrielle est en baisse critique en Europe, le spectre de la récession et du chômage hante l’Europe. Et il n’est pas certain que ce ne soit pas déjà le cas. L’Allemagne va entrer en crise politique et ne veut pas bouger. La France verra son président battu au Congrès ou n’osant pas proposer la règle d’or, alors qu’il l’a proposée pour toute la zone Euro. L’Europe s’interrogeant sur sa pertinence, les Etats-Unis dégradés et encalaminés par leur dette et la chute du taux d’emplois. Qui peut croire que nous ne courrons pas à la catastrophe ? Il faut changer de cap sinon c’est la fusion du réacteur économique mondial. C’est une crise systémique qui nécessite une réorientation et pas un accommodement. Il faut changer de modèle, sinon les banques seront dans le rouge et les rouges dans la rue.

11 Juin

Commentaires fermés sur La récession annoncée

La récession annoncée

par

La Banque Centrale Européenne vient hier d’abaisser sa prévision de croissance de la zone Euro. Et voilà ! La BCE prends acte des conséquences des plans d’austérité pour consolider leurs finances publiques.

Comment est-il possible dans ces conditions, 1.2 de croissance, de financer les dépenses d’investissement nécessaires à la croissance ou d’assurer le filet social indispensable à la paix sociale ? Nous courons à la catastrophe économique d’abord, sociale ensuite (la CES annonce des tensions dures pour l’automne), populiste enfin (il suffit de lire la montée de Marine Le Pen et des nationalismes en Europe). Il faut changer de politique et établir un plan de relance franco-allemand pour juguler la catastrophe qui vient.

10 Juin

Commentaires fermés sur Ils sèment la rigueur, nous allons récolter la récession !

Ils sèment la rigueur, nous allons récolter la récession !

par

Au secours ! Ils sèment la rigueur, nous allons récolter la récession. Mais qui est l’abruti qui a préconisé de stopper tous les moteurs de la croissance ? Comment dans ces conditions voulez-vous que l’avion Europe vole ? Comment faut-il le dire, le crier ? La récession ce n’est pas un état d’âme passagé. Les conséquences sociales seront incalculables. La stabilité européenne va en pâtir et pas seulement l’Euro. Ne voyez-vous pas monter les nationalismes ?

Quand on entend Axel Weber, chef de la Bundesbank, pérorer satisfait que le frein allemand à l’endettement public inclus dans la constitution doit avoir valeur d’exemple et incarner un signal fort pour l’Europe, les bras nous en tombent. N’a-t-il pas vu ce Thomas Diafoirus de la finance que la Finlande plonge ? Le reste de l’Europe tire la langue et la récession est là. Il faut vite une stratégie de bonne gouvernance et de croissance pour l’Europe.

09 Juin

Commentaires fermés sur Vers la récession !

Vers la récession !

par

Poussée par des marchés hébétés. Aiguillonnée par la confrérie des libéraux avides de revanche après leur défaite dans l’effondrement de l’économie libérale financière. Titillée par une Allemagne merkelisée qui a fait du « chacun sa mère » sa doctrine pour l’Europe et qui cherche à garder son avantage a l’export. Encouragée par l’effet d’aubaine consécutif à la grande peur grecque du déclassement permettant de réduire « ni vu ni connu » les dépenses publiques. L’Europe va stopper tous les moteurs de la croissance et plonger de ce fait tous les états nationaux dans la récession. Comme la croissance n’est pas là. La rigueur sauvage administrée ne convainc pas les marchés. Il s’ensuit un manque d’appétit évident pour financer les dettes souveraines. Et l’euro se déprécie. Il est probable que entrant en récession les notes des agences de notation soient revues à la baisse. C’est la spirale infernale !

08 Oct

1 Comment

Face à La grande crise des capitaux fictifs

par

bloc_note_copieV2.jpgLa bourse de Tokyo vient de connaître un quasi krach avec un recul de 9,38%. Les bourses européennes subissent une forte baisse. A Moscou, Bucarest ou encore à Prague, les cotations ont été suspendues temporairement. Le Président de la République Française, Président de l’Europe parle d’une « crise de confiance ». Sans blague ! Après 700 milliards de Dollars votés par le Congrès la machine ne repart pas, c’est l’affolement. Car comme le disent en chœur Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius, Martine Aubry nous sommes dans une crise systémique. C’est le système même du capitalisme financier avec sa voracité spéculative, fictive qui est en crise.   C’est ce système qui tirait les bourses mondiales avec sa rotation capitaliste flamboyante. C’est ce système qui s’effondre. Pire, le système connaît l’ampleur de ses créances douteuses dégaze puisque l’Etat c’est déclaré, à juste raison, en quelque sorte garant.

A crise de système – réponse de système. Il ne faut pas seulement une autre politique, mais une autre organisation du système économique mondial. Nous avons vu que les organisations de contrôle, de notation avaient failli pour la simple raison qu’elles étaient rouages de la spéculation. Nos avons vu la fameuse main invisible du marché ne plus savoir où la mettre. Nous avons vu l’autorégulation du marché explosée sous le poids de la fictivité de ce dernier. Lire la suite…