Tag relance

17 Déc

3 Comments

La récession !

par

Nous y sommes ! Chômage de masse, fermetures d’usines, exclusions, pauvreté, relégation, précariat etc. et cela ne fait que commencer. Nous avions dit, expliqué, développé, cette idée simple: Une politique d’austérité sans juguler la spéculation conduit à la récession. Il suffit de voir la Grèce. La seule trithérapie contre la crise c’est la Banque Centrale prêteuse en dernier ressort, les eurobonds et la taxation des mouvement de capitaux. Le tout assorti d’un gouvernement économique qui propose des politiques coopératives et un budget qui permet une relance par le financement des infrastructures.

Le cycle de dépression économique, sociale et politique dans lequel nous entrons ne promet rien de bon. La seule difficulté c’est le dogmatisme des droites européenne qui conduit l’Europe à la ruine. Le fameux traité Merkel – Sarkozy est non seulement un non sens économique mais il pave la montée de l’extrémisme. Il est temps que les gauches et les écologistes parlent d’une seule voix. Il faut changer de politique en Europe.

Il faut changer de président en France. Sinon c’est la récession pour longtemps et le déclin pour toujours.

26 Oct

2 Comments

Une loi de finances accablant les salariés et protégeant les riches

par

L’Assemblée Nationale vient de voter le projet de loi de finances pour 2011 et plus précisément, l’ensemble des articles de la première partie.

Signe évident d’austérité, le projet de loi de finances 2011 présenté par le gouvernement est une conséquence directe d’une politique irresponsable, catastrophique et totalement inégalitaire sur l’économie qui présage des conséquences dramatiques dans la vie des plus modestes.

Alors que l’on veut nous faire croire que la crise dont le pays se sort à peine est le leitmotiv de ce budget d’austérité, le projet de loi décrypté explique encore une fois la volonté du gouvernement de faire profiter les plus riches des avantages fiscaux pour mieux taxer les autres, c’est-à-dire les plus modestes.

Ce sont donc les classes populaires et moyennes qui vont être frappées par la compression de 7 milliards d’Euros des dépenses essentielles en matière de soutien économique, de service public et de protection sociale, et elles seront aussi et surtout touchées de plein de fouet par une hausse des impôts qui se monte à 10 milliard d’Euros.

Et ce n’est pas terminé :

Ce sont encore les classes populaires et moyennes qui vont subir toutes les conséquences des gels de salaires dans la fonction publique, des suppressions de postes et de moyens dans des secteurs comme l’Education Nationale, de l’augmentation de la TVA de 5,5% à 19,6% appliqué aux offres « triple play » organisant une hausse directe des tarifs annuels, des diminutions d’exonérations pour les HLM qui seront immédiatement répercutées par des augmentations de loyers, des suppressions des avantages fiscaux pour les nouveaux mariés et/ou pacsés, des taxes sur les contrats d’assurance maladie entraînant de ce fait la hausse des tarifs des complémentaires de santé, des diminutions des contrats aidés, aides à l’apprentissage et dispositifs d’insertion des chômeurs, abandon du Grenelle de l’environnement avec la réduction des avantages fiscaux pour le développement durable…

En parallèle, les plus fortunés, les rentiers, les héritiers seront bien évidemment épargnés de ces alourdissements fiscaux et avantagés par la défiscalisation des heures supplémentaires ou la TVA à 5,5% sur la restauration

De même, la proposition du gouvernement de supprimer dans le même temps le bouclier fiscal et l’ISF n’est qu’un leurre, une duperie pour permettre aux plus riches de bénéficier d’un cadeau supplémentaire.

Avec cette politique, la dette atteindra un record de 87,4 % du PIB en 2012 et deviendra dès lors, la première dépense de l’État, devant les crédits alloués à l’Education !

Avec mes collègues députés SRC, c’est une toute autre réforme que nous défendons, une réforme permettant la mise en place d’une nouvelle stratégie de croissance, basée sur le rétablissement de la compétitivité économique et la cohésion sociale du pays, en organisant une vraie politique de contribution des revenus du capital, en mettant en place des dispositifs de relance de la consommation des ménages, de l’emploi, et en encourageant l’investissement des entreprises et des collectivités locales.

Pour toutes ces raisons, avec mes collègues députés du groupe SRC, j’ai voté CONTRE le projet de loi de finances présenté ce jour, mardi 26 octobre 2010 à l’Assemblée Nationale.

15 Oct

1 Comment

Martine Aubry a été claire, nette et précise

par

Martine Aubry lors de son passage sur France 2 a été claire sur les retraites: Sarkozy doit suspendre la réforme, il doit recevoir l’intersyndicale et renégocier. C’est l’intérêt de la France et des Français.

Elle a été nette: Le budget casse la relance et handicape la croissance.

Précise sur les valeurs de la France: Pas d’ethnicisation de la sécurité. Pas de laxisme, mais pas discrimination de l’immigration. Elle a balayé les assertions de division avec Dominique Strauss-Kahn et elle a réaffirmé que les primaires seraient claires mais unitaires.

17 Mai

Commentaires fermés sur L’hystérie spéculative des marchés

L’hystérie spéculative des marchés

par

Les marchés ne voulaient pas de limite pour une meilleure rentabilité spéculative. Ils finirent par spéculer sur leurs spéculations et se refilèrent entre banques des produits fictifs comme actifs. Et ce fut le Krach !

Les marchés dépités, les banques éreintées, on évite le remake de 1929 par l’intervention des états via des « méga » plans de relance. Il fallu s’endetter pour sauver les banques et relancer les marchés. Une fois cela fait, les marchés se remirent à spéculer en partie sur les dettes de l’Etat. Les marchés exigent la réduction des déficits pour être rassuré, c’est à dire pour prêter et être remboursé avec de gros bénéfices. C’est à dire spéculer.

Mais ils s’inquiètent derechef, dès que les états décrètent des mesures d’austérité. Ils ont peur que la déjà faible croissance soit brisée. Ce qui contrarierait la spéculation. On nage en pleine hystérie !

24 Avr

Commentaires fermés sur «Envoyer un signal fort à Nicolas Sarkozy»

«Envoyer un signal fort à Nicolas Sarkozy»

par

Bonjour, je vous propose de lire ci-dessous une interview publiée aujourd’hui sur le site liberation.fr

Les socialistes de l’UE tiennent un meeting commun vendredi à Toulouse. Jean-Christophe Cambadélis, chargé au PS de l’international, détaille les axes de leur campagne placée sous le signe d’un «double changement».

La famille socialiste européenne au complet, ce soir à Toulouse. La première secrétaire du PS Martine Aubry et le président du PSE, Poul Nyrup Rasmussen, donneront ce soir le coup d’envoi à une campagne commune. L’occasion d’afficher l’unité à l’échelle des 27 pays de l’UE, après l’adoption du Manifesto, et de recoller les morceaux, sur le plan national. Le choix de la France pour lancer la campagne ne doit rien au hasard, d’après Jean-Christophe Cambadélis. Alors que «la crise a impacté les partis socialistes, qui se sont davantage recentrés sur le social», la ligne «que défend le PS français est aujourd’hui légitimée», estime le secrétaire national du PS à l’international. Lire la suite…

03 Avr

Commentaires fermés sur Le PS réagit à propos du G20

Le PS réagit à propos du G20

par

communique_image.jpgPARIS, 3 avr 2009 (AFP) – Le Parti socialiste a estimé vendredi que les conclusions du G20 « marquent une avancée », mais il demande à Nicolas Sarkozy de les faire suivre d’un « nouveau plan de relance » de l’économie française.

« Les conclusions du G20 marquent une avancée. Avancée sur la méthode, celle qui consiste à associer des pays représentant toutes les principales régions de la planète » et « avancée sur le fond, concernant la relance de l’économie mondiale et des premières mesures de régulation », affirment dans un communiqué Michel Sapin et Jean-Christophe Cambadélis, secrétaires nationaux à l’Economie et à l’international.

Pour le PS, le fait que le FMI et la Banque mondiale voient leurs moyens renforcés est « une bonne nouvelle ». « Des premières mesures de régulation de la finance mondiale sont prises » qui « vont dans le bon sens », ajoute le PS citant celles sur « les paradis fiscaux », « la réglementation des niveaux de rémunération », « les nouvelles règles pour sécuriser le système financier mondial.

« Il faut maintenant que les pays prennent les décisions qu’imposent les décisions du G20 », affirme le Parti socialiste. Lire la suite…

02 Avr

Commentaires fermés sur Déclaration à TV5 Monde

Déclaration à TV5 Monde

par

On ne peut répondre à l’ampleur historique de la crise sans fixer des règles financières, des plans de relance massifs et un nouveau modèle de croissance.

Le G20 a décidé un plan de stabilisation certes bienvenu mais qui n’est pas une re-fondation. D’autres mesures plus profondes seront nécessaires, la preuve: Un nouveau G20 est annoncé dans quelques mois.

Les mesures du G20 n’exonèrent pas le gouvernement français bien au contraire et Nicolas Sarkozy doit décider d’un nouveau plan de relance pour la France. Avec l’abrogation du paquet fiscal, la réduction de l’éventail des salaires, une relance de la consommation et des mesures unilatérales de rupture avec les paradis fiscaux puisqu’il fait de cette question son cheval de bataille.

EDIT:

Vous pouvez visionner la vidéo de l’émission ici.

24 Mar

Commentaires fermés sur Abrogation du bouclier fiscal !

Abrogation du bouclier fiscal !

par

Le Parti Socialiste lance une pétition pour l’abrogation immédiate du bouclier fiscal. Vous pouvez la signer ici. Pour en savoir plus, je vous propose de télécharger un dossier préparé par le groupe socialiste à l’Assemblée Nationale.

04 Déc

Commentaires fermés sur Un plan de relance pour 2012 ?

Un plan de relance pour 2012 ?

par

communique_image.jpgJe veux réagir au plan de relance présenté aujourd’hui par Nicolas Sarkozy qui, loin de répondre au problème, est surtout un plan avec comme objectif, la présidentielle de 2012.

Pour moi, ce plan est « Un peu tard, un peu clivé, un peu faible »

Tardif, il aurait été bienvenu de changer de cap dans le débat budgétaire qui est en cours aujourd’hui.

Clivé, parce qu’on ne privilégie que l’investissement au détriment de la consommation.

Faible, car de l’aveu même de l’Elysée, l’impact réel n’est que de 0,8% de croissance.

Ces mesures ne répondent pas à la boucherie des plans sociaux de licenciement qui viennent mais tentent de créer de meilleurs conditions pour 2012 et la réélection de Nicolas Sarkozy.