Tag répression

19 Sep

Commentaires fermés sur Répression au Yemen

Répression au Yemen

par

La répression contre le mouvement pour le changement et la démocratie au Yémen se poursuit. Depuis hier plus de 30 manifestants ont été tués et des centaines autres ont été blessés sous les tirs des forces de sécurité loyales au régime du Président Ali Abdallah Saleh.

Le Parti socialiste exprime son indignation face à la répression contre ce mouvement populaire qui a fait depuis le début de l’année plusieurs centaines de morts. Il réaffirme son soutien total aux opposants au régime dictatorial de M. Saleh.

Il demande conformément à l’accord de sortie de crise élaboré par le Conseil de coopération du Golfe, la démission immédiate du Président et l’organisation d’élections libres et transparentes. Il soutient également la demande des « Jeunes de la révolution » pour que la justice prévale contre les auteurs de la répression.

13 Sep

Commentaires fermés sur SYRIE

SYRIE

par

Rafah Nached, psychanalyste syrienne de renommée internationale et engagée dans la lutte pour la démocratie dans son pays, a été arrêtée samedi 10 septembre à l’aéroport de Damas, lorsqu’elle s’apprêtait à se rendre à Paris.

Le Parti socialiste condamne fermement cette nouvelle violation des droits et des libertés des citoyens par le régime de Bachar Al Assad. Il appelle à la libération immédiate de Rafah Nached, ainsi que de tous les autres prisonniers d’opinion.

En six mois, la répression de la contestation démocratique et pacifique des syriens par un régime qui a perdu toute légitimité aux yeux du peuple, a fait plus de 2600 morts et plusieurs milliers de blessés.

Le Parti socialiste réaffirme son soutien et sa solidarité avec le peuple syrien. Il appelle une nouvelle fois le Conseil de sécurité de l’ONU, l’Union européenne et la Ligue des pays arabes à agir vigoureusement et sans ambiguïté pour faire cesser la répression meurtrière et pour que la Syrie s’engage sur la voie des réformes politiques véritables et conséquentes.

22 Juin

1 Comment

36, rue Botzaris

par

En janvier dernier, de jeunes et moins jeunes tunisiens arrivaient sur les côtes italiennes. Ils se voyaient délivrer par Rome une autorisation provisoire de séjour à titre humanitaire. Beaucoup ont rejoint la France depuis. Aujourd’hui encore, beaucoup d’entre eux errent dans les rues du nord-est parisien et passent à travers les dispositifs mis en place par l’hôtel de ville, la mairie du 19ème arrondissement, en lien avec les collectifs d’associations nationales et locales mobilisées telles France Terre d’Asile, Emmaüs…

Il y a quelques temps, l’évacuation par les forces de l’ordre du 51 avenue Simon Bolivar avait déjà beaucoup ému chacun d’entre nous: associations, élus, habitants du 19ème.

Il y a quelques jours, à la demande de l’Ambassade de Tunisie, la Préfecture de Police a évacué les personnes qui, faute de prise en charge et en pleine errance, s’étaient réfugiées dans les locaux situés au sis 36, rue Botzaris dans le 19ème arrondissement (ancien centre culturel tunisien, propriété de l’état tunisien).

Ces interventions policières sur les différents lieux d’errance de ces populations sont insupportables et inutiles.

Insupportables pour les populations et les riverains qui vivent et les accompagnent parce que agressives vis à vis de personnes qui méritent dignité et respect.

Inutiles enfin, parce qu’elle ne font que déplacer les tunisiens et ne proposent pas de solutions de règlement de leur situation administrative au regard du droit de séjour en France.

La situation des Tunisiens doit être réglée, non pas à coup d’interventions des forces de l’ordre, mais bien par les autorités françaises compétentes.

Il est grand temps que le gouvernement organise au delà de la répression, un dispositif spécifique d’aide et de régularisation même temporaire de la situation de ces tunisiens: aide au retour volontaire pour ceux qui le souhaiteraient, mise en place de procédures de délivrance d’accès de séjour ou d’accès aux formations professionnelles pour les tunisiens qui le demanderaient dans le respect des accords migratoires entre la France et la Tunisie.

10 Mai

Commentaires fermés sur Répression en Syrie

Répression en Syrie

par

Le régime syrien poursuit la répression de la contestation démocratique avec de plus en plus de brutalité. La liste des victimes, morts et blessés, s’allonge de jour en jour.

Plusieurs milliers de personnes ont également été arrêtés arbitrairement. Parmi eux, des personnalités pacifiques et respectées telles que Riad Seif, signataire de la Déclaration de Damas, âgé et malade.

Le Parti socialiste condamne avec force les agissements des autorités syriennes devenues inacceptables pour tout homme épris de paix et de justice. Le régime syrien doit mettre fin à la répression sanglante des manifestants et libérer les prisonniers politiques.

24 Avr

1 Comment

YEMEN: Saleh doit partir

par

Le Président yéménite Ali Abdallah Saleh a accepté le plan des médiateurs du Conseil de coopération du Golfe au sein duquel l’Arabie saoudite et le Qatar auraient joué un rôle important. En échange de l’immunité, il démissionnera de la présidence.
L’opposition, tout en saluant l’initiative des pays du Golfe, a refusé de former un gouvernement d’union nationale avec ceux qui sont impliqués dans la répression. L’immense majorité de la population, à l’instar des Egyptiens et des Tunisiens, aspire à un véritable changement démocratique, la fin du régime d’Ali Abdullah Saleh. Elle poursuit leur mouvement.
Le Parti socialiste réaffirme son soutien et sa solidarité avec le peuple yéménite et demande le départ immédiat du président Saleh et l’instauration d’un gouvernement reflétant les aspirations des manifestants.

13 Avr

2 Comments

La France doit hausser le ton sur la Syrie

par

La façon dont le régime syrien accentue la répression contre le peuple syrien fait que les jours qui viennent s’annoncent cruciaux pour le pays. Il est temps que la France sorte d’une attitude prudente qui est totalement incompréhensible.

La France doit hausser le ton. La Syrie doit s’ouvrir à la démocratie.

01 Avr

Commentaires fermés sur Rassemblement de l’opposition syrienne

Rassemblement de l’opposition syrienne

par

La mobilisation pour la démocratie en Syrie constitue un moment historique pour ce pays. Aux revendications justifiées de la population, le régime autoritaire a répondu par la violence et la répression. Elles ont fait plusieurs dizaines de morts parmi la population dans les villes de Derra, Latekie, Homs et dans d’autres villes.

Le Comité de « la Déclaration de Damas », une coalition des partis et des personnalités de l’opposition, appelle à un rassemblement, le samedi 2 avril 2011, sur le Parvis des Droits de l’Homme à Paris, de 16 h à 18 h.

Le Parti socialiste exprime son soutien et sa solidarité avec la lutte du peuple syrien, et appelle ses militants et ses sympathisants à participer à ce rassemblement, auquel il sera représenté.

23 Mar

1 Comment

Communiqué du PS sur la situation en Côte d’Ivoire

par

Laurent Gbagbo affaibli politiquement, financièrement et militairement a choisit la fuite en avant et la répression. Des attaques violentes ont eu lieu dans les communes d’Abidjan favorables à A. Ouattara et dans l’ouest du pays, où les forces du Président élu gagnent du terrain.

Le Parti socialiste condamne fermement les violences et exactions commises par L. Gbabgo et ses partisans, tout comme leurs atteintes à la liberté d’expression et au libre fonctionnement des médias.

Devant ces premiers actes de guerre civile, le Parti socialiste appelle l’ONUCI à mettre en œuvre la totalité de son mandat et d’intervenir pour éviter l’embrasement du pays.

Enfin, le PS appelle une nouvelle fois Laurent Gbagbo à respecter le verdict des urnes comme lui demande la communauté internationale et souhaite un gouvernement d’union nationale.

18 Mar

Commentaires fermés sur Le PS condamne la répression au Yémen et appelle à la fin des violences

Le PS condamne la répression au Yémen et appelle à la fin des violences

par

Le Parti socialiste exprime sa vive réprobation face à la répression qui frappe les manifestants au Yémen. Plus d’une trentaine de personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées par balles.

Ce vendredi est le jour le plus meurtrier depuis le début de la révolution yéménite. Le régime en place a manifestement choisi la manière forte et la confrontation en proclamant l’état d’urgence.

Le Parti socialiste apporte son soutien aux opposants au régime de Saleh à son parti frère le Parti socialiste du Yémen.

Le Parti socialiste appelle l’Union européenne à maintenir une forte vigilance à l’égard de la situation au Yémen

16 Mar

Commentaires fermés sur Et pendant ce temps on tue en Libye, on réprime au Bahreïn

Et pendant ce temps on tue en Libye, on réprime au Bahreïn

par

Tout s’est joué il y a 15 jours, le soulèvement était entré dans la Tripolitaine, Mouammar Khadafi lançait des messages de négociation. Hugo Chavez tentait de sauver la mise au dictateur. La France a tardé à proposer une zone d’exclusion aérienne. Les esprits et les chancelleries auraient été moins réticentes. Il aurait été pour le coup nécessaire d’avoir de l’énergie. Mais rien n’a été fait. Et la contre offensive, après que Khadafi eu acheté de nombreuses tribus, a modifié la donne. Le réalisme « Khadafi va l’emporter » a pris le dessus. Les gesticulations guerrières de Nicolas Sarkozy ont isolé le camp interventionniste et achevé de convaincre les tribus que la dynamique avait changé de camp. D’autant que la reconnaissance des « autorités de Benghazi » fut utilisée par Khadafi sur les autres tribus.

La contre révolution est à l’oeuvre aussi au Bahreïn. Le retour à Riyad du roi Abdallah, malade, annonçait l’intervention. Hamad ben Issa al-Khalifa, souverain du Bahreïn, était à la descente de l’avion. L’Arabie Saoudite s’inquiétait du risque de contagion dans une région limitrophe chiite à forte concentration pétrolière. Le résultat est là: La victoire provisoire de Khadafi et la répression au Barheïn marque la fin du premier mouvement de la révolution arabo-musulmane. Puis les jours qui viennent vont décider.