Tag tensions

02 Mar

1 Comment

Calmer le jeu sans baisser la garde

par

imageLa fuite de Viktor Ianoukovytch, sorte de fuite à Varennes du Président ukrainien a provoqué sa destitution. Celle-ci a privé la Russie de tout point d’appui en Ukraine. Alors Vladimir Poutine a sécurisé ses bases en Crimée une fois de plus, comme il y a un siècle.
Cette répudiation est inacceptable pour les ukrainiens. C’est l’intégrité du pays qui est en jeu. D’autant que des explosions sporadiques interviennent ici ou là dans le pays. L’engrenage est en marche. Tout le monde est monté au cocotier. Très bien… on va où ?
La Crimée dépend en terme d’eau et en approvisionnement de l’Ukraine. Cela demande un corridor depuis la Russie. Cela avant Kharkov ou Donetsk, la partition est en marche. Comme le souligne le président Hollande : il y a eu un précédent en Géorgie.
Le pari de Poutine est simple : l’Europe n’a pas les moyens de sa réprobation. Les États-Unis sont préoccupés mais que peuvent-ils faire ? D’autant que cela ne représente pas l’urgence stratégique de l’administration Obama.
Ce que sous-estime Vladimir Poutine c’est le peuple ukrainien héritier des cosaques et des anarchistes de Nestor Ivanovitch Makhno qui firent trembler le pouvoir soviétique en1917. Il s’en est fallu de rien pour que l’armée rouge de Trotski soit battue.
C’est la guerre civile aux portes de l’Europe qu’il faut éviter. Il est nécessaire d’engager la désescalade sans baisser la garde.