Tag TRump

16 Nov

Commentaires fermés sur L’invité d’Anne-Sophie Lapix dans « C à Vous » sur France 5

L’invité d’Anne-Sophie Lapix dans « C à Vous » sur France 5

par

cavous-15112016

 

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité d’Anne-Sophie Lapix dans « C à Vous » sur France 5.

 

Retrouvez la vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

 


Gauche, La guerre est déclarée ? C à vous – 15… par C-a-vous

Candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle ?

Cela fait plusieurs fois qu’Emmanuel Macron tente d’annoncer sa candidature.

Annoncer cela depuis un centre d’apprentissage je trouve cela un peu… étonnant. S’il l’annonce vraiment demain, je lui propose de changer de lieu.

Cette candidature d’Emmanuel Macron c’est très embêtant. Parce que la gauche est dans un rapport aujourd’hui de 60-40 si vous mettez l’extrême droite et la droite vis-à-vis de la gauche. Si on morcelle, si un jour il y a un candidat qui est Macron, un candidat désigné par la primaire de la BAP,  un candidat qui est Mélenchon, un candidat du parti communiste, un candidat des écologistes, je vous donne le résultat: aucun de ceux que je viens de nommer ne seront au deuxième tour de la présidentielle.

On peut s’en laver les mains, moi je pense que c’est très dangereux, parce que la droite dérive à droite, parce que l’extrême droite peut toujours y arriver. Maintenant on a l’exemple de Donald Trump.

Le jour où il y aura un candidat socialiste après la primaire  il faudra choisir. Il pouvait participer à la primaire. Je suis obligé de constater qu’Emmanuel Macron n’a pas envie de participer à la primaire

Primaire de la Belle Alliance Populaire

Nos statuts disent que nous nous rassemblerons derrière le candidat issu de la primaire.

La primaire permettra de faire le rassemblement de la gauche.

Élection présidentielle de 2017

Candidature de François Hollande ? « C’est au Président de dire ce qu’il veut faire. Il y réfléchit. »

Manuel Valls qui pense à la Présidentielle ? « Cela ne m’a pas échappé »

Quand vous avez le tripartisme, aucun des candidats ne peut faire 50%.

Élection américaine

L’élection de Trump est due à la crise du monde occidental, de l’efficacité des politiques publiques et de la panne récit progressiste.

Parti socialiste

Au congrès de Poitiers j’ai préconisé le dépassement du Parti socialiste.

Primaire de la droite

A ceux de gauche qui voudraient voter à la primaire de la droite je dis: regardez le programme de la droite!

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy se rassemblent sur le fond. Ils divergent sur la forme.

13 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Renaud Pila sur LCI

L’invité de Renaud Pila sur LCI

par

JCC LCI 13112016

Jean-Christophe Cambadélis était dimanche 13 novembre l’invité de Renaud Pila dans « En route vers l’Elysée » sur LCI.

 

Retrouvez ci-dessous un extrait vidéo de l’interview ainsi que ses principales déclarations:

 

Élection américaine

Je ne pensais pas que quelqu’un qui lançait des appels à réintroduire la torture, à mettre un mur entre le Mexique et les Etats-Unis, à abolir toute protection sociale, qui était sexiste, machiste, qui s’en prenait à la France et à l’Europe et ainsi de suite, pouvait être élu. Mais je me suis trompé, comme beaucoup.

Vous avez un national populisme plus ou moins xénophobe qui a existé et qui existe encore aux Etats-Unis. On n’a pas fini de l’entendre parce que j’entends-là que tous les médias sont maintenant sur Trump superstar… On va voir les conséquences de tout ça dans quelques mois et comment ça va se passer aux Etats-Unis. Mais nous l’avons eu avec le Brexit ; nous l’avons eu en Allemagne pourtant avec une situation économique florissante, avec l’AFD qui a battu le parti de madame Merkel ; nous l’avons eu en Autriche et c’est possible que nous l’ayons en France.

Élection présidentielle de 2017

Nous sommes dans une phase de décomposition, de déstructuration du champ politique. Les représentations politiques sont totalement mises en cause. Je ne pense pas que sur le programme économique que développe la droite, il soit possible de mobiliser le pays, bien au contraire ; on va voir que c’est trop libéral. La gauche est fractionnée ; Marine Le Pen se croise les bras, regarde en surplomb la situation telle qu’elle est en train de se développer et personne n’y fait attention. Personne ne dit rien sur rien. Y compris à gauche.

A gauche, le grand jeu c’est de savoir qui va battre l’autre à gauche. Pas qui va battre la droite et encore moins qui va battre l’extrême droite. Le jeu de la gauche, c’est : « mon voisin de palier, je peux être devant lui et donc là, j’aurai gagné ». Mais si on a Marine Le Pen, tu parles si on aura gagné !

Marine Le Pen n’est pas en dynamique mais campe sur 30%. Et avec 30% on peut gagner parce qu’en face, ça dépend des rebonds.

Moi, je suis époustouflé de voir la violence des propos de la droite vis-à-vis du président de la République, que s’il était au deuxième tour de la présidentielle avec Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy du bout des lèvres dit : « Peut-être oui, enfin ça me ferait mal mais enfin j’appellerai à voter pour lui. » On voit bien ce que ça peut donner pour Marine Le Pen. Et le programme économique de la droite est tellement libéral que, moi, j’appellerai à voter bien sûr si c’était le cas, mais je ne vois pas les électeurs se mobiliser pour la remise en cause de leur retraite, pour la suppression des fonctionnaires, pour la remise en cause du Code du travail, pour cent milliards de réduction des déficits publics. On est donc dans une situation comme cela où, de manière complètement irresponsable, on ne voit pas ce qui est en train de se préparer

Nous avons des appels qui se multiplient sur tous les aspects de la politique proposée par la droite chez les fonctionnaires, sur le plan économique. Nous ferons un grand rassemblement le 3 décembre pour dénoncer, avant que l’élection n’ait lieu, tous les éléments qui sont à l’intérieur de ce programme de la droite .

Vous avez des phénomènes de division de la gauche. Par exemple, si le candidat écologiste en Floride ne s’était pas présenté, Hillary Clinton aurait raflé tous les grands électeurs de Floride et elle aurait gagné la présidentielle. Tout ceci doit donc nous faire réfléchir les uns et les autres. On peut critiquer Hillary Clinton pour sa politique économique ou pour telle ou telle chose. On peut être favorable à Bernie Sanders mais j’ai remarqué que, lui, s’était battu pour qu’Hillary Clinton l’emporte. Mais on voit bien qu’à la fin, qu’est-ce qui se passe ? Au nom d’un absolu, on a ce que l’on combat et après on est dans la rue. Ça, on manifeste après. On est là tous les soirs etc. Il fallait quand même peut-être s’unir

Primaires citoyennes

La primaire permettra de débattre, de trancher ET de rassembler. (…) La primaire de la gauche va créer la dynamique politique. Après, on ne sera plus dans l’évaluation des projets et des programmes ; on sera dans la campagne présidentielle. C’est la primaire qui crée les conditions politiques de la dynamique à gauche.

Candidature de François Hollande ? 

A cette étape, il ne dit rien de sa candidature ou de sa non-candidature. Je pense qu’il y a réfléchit depuis un moment et ça doit s’accélérer. (…) Parce que le problème, ce n’est pas de dire « je suis candidat ou pas candidat », « j’ai des bons sondages ou j’ai de mauvais sondages »,  « il y a des états d’âme ici ou là, etc. »; C’est pour quoi faire ? Qu’est-ce qu’on fait dans un deuxième quinquennat ? Qu’est-ce qu’on propose à la France ? C’est ça la réflexion du président de la République.

C’est aux électeurs de gauche de décider, ce n’est pas à moi de décider. Moi j’ai dit ce que je pensais, et vous le savez, au mois de mars. J’ai dit au mois de mars que je pensais que le président de la République était le mieux placé. Aujourd’hui, j’organise les primaires. (…) Le Premier secrétaire organisant les primaires, je n’ai pas à me prononcer à cette étape dans ce moment. Ceci étant dit, le président de la République doit réfléchir à l’ensemble des paramètres. Le principal paramètre à mon avis, c’est un nouveau quinquennat pour quoi faire. Parce que si cette question-là n’est pas réglée dans sa tête, après c’est le jeu des petits chevaux.  Donc s’il a une orientation, des propositions, peut-être qu’il décidera d’y aller et à partir de là, tout le monde se déterminera parce qu’on n’est pas obligé de partager ce qu’il proposera au pays. Donc c’est la primaire qui fera le choix

On a un calendrier, on a dit qu’on respectait ce calendrier. Ce calendrier, c’est début décembre-15 décembre. Laissez-nous le temps. A ce moment-là, il se prononcera sous une forme ou sous une autre. Puis nous, on prendra notre décision et on fera en sorte que ce soit une belle primaire et qu’il y ait le maximum de Français de gauche qui se prononcent pour donner le maximum de dynamique à notre candidat.

Elections de 2017

Il y a une pluralité de raisons pour laquelle on a fait les primaires. J’ai été critiqué parce que j’ai mis en place les primaires. On m’a dit : « Mais c’est l’horreur un président de la République qui passe devant les primaires. C’est remettre en cause son statut de commandeur ». Mais non, nous avons choisi cela ; pourquoi ? En prenant en compte de la situation telle qu’elle était et la nécessité de remettre dans la gauche le débat sur qui doit nous porter pour le prochain quinquennat.

J’ai dit qu’il fallait mouiller sa chemise parce que c’est une question de principe et ce n’est pas une question programmatique que de battre le Front national.

C’est-à-dire que s’il n’y a pas un moment où l’ensemble de la gauche – et je pense que la primaire doit permettre de le faire – se ressaisit sur des enjeux qui seront présentés par les candidats à l’élection présidentielle dans le cadre de ces primaires, nous pouvons parfaitement nous retrouver dans la situation que nous avons connue en 1993. C’est-à-dire avec très, très peu de parlementaires, avec même pourquoi pas le Front national devant nous en termes de représentation parlementaire ; c’est possible.

Tout est possible aujourd’hui, même gagner la présidentielle pour la gauche.

06 Nov

Commentaires fermés sur L’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J

L’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J

par

Forum Radio 6 06112016

Jean-Christophe Cambadélis était l’invité de Frédéric Haziza dans le Forum de Radio J.

Retrouvez ses principales déclarations ci-dessous.

Pour réécouter l’émission cliquez ici.

 

Élections américaines

J’attends que M. Trump soit battu sinon nous rentrerons dans une zone de turbulences. Une victoire de Trump est synonyme de tensions internationales, de tensions avec la France et de tension dans son propre pays car l’application de son programme populiste, renfermerait le pays sur lui-même. (…) Sa victoire est possible. Nous avons vu des mouvements de ce type dans l’Europe occidentale avec le Brexit et la montée du national populisme.

Marine Le Pen se nourrit de tout. Elle est en tenue de camouflage, elle ne dit pas grand chose et profite de la décomposition de la vie politique française.

Primaire de la droite et du centre

Il n’y a pas un sujet qui soit traité en terme de droite gaullienne. Tout est traité en terme de droite extrême. C’est un concours Lépine de l’homme le plus à droite dans cette primaire.

Vote des militants de gauche à la primaire LR? « On a tort de faire des scénarios à partir de ce que disent les sondages »

Alain Juppé est une illusion, un mirage: il a une tête de présidentiable mais un programme qui ne lui permettra pas d’être élu. Son programme est libéral avec un gouvernement autoritaire et cela ne passera pas. Cela sera repoussé soit dans les élections, soit par la rue.

On fait un calcul politique sur « Qui peut battre Nicolas Sarkozy ou Marine le Pen? » mais ça ne fait pas un destin et un dessein pour la France

Nicolas Sarkozy est allé sur le terrain du Front National et une partie de la droite a pris peur et s’est réfugiée derrière Alain Juppé

Point de vue programme, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé c’est bonnet blanc et blanc bonnet

Marine Le Pen se tait car son objectif c’est que Nicolas Sarkozy soit battu pour récupérer ses voix.

Le rempart au FN c’est la gauche.

Gauche

La gauche est fragmentée et personne ne fait l’unanimité. Il faut donc une démarche pour une candidature de rassemblement: les primaires.

Les bavardages ça suffit, rendez-vous dans les primaires !

Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon sont 2 candidats auto-proclamés et qui ne peuvent rassembler. Ils sont les champions du petit bain car il n’y a pas encore le candidat de la gauche de désigné !

Jean-Luc Mélenchon veut réveiller le peuple. Moi, je veux le faire gagner. Et pour cela il faut se rassembler.

Cette présidentielle  n’est jouable que si nous avons un candidat central

Conférence nationale du PCF : « Je ne commente pas les prises de positions internes du PCF.

Pierre Laurent avait une stratégie: ni Mélenchon, ni Hollande. Aujourd’hui il se retrouve au milieu du gué. »

Jean-Luc Mélenchon veut faire battre le PS aux législatives. Ce n’est pas le bon chemin pour l’ensemble de la gauche.

Accord avec le PCF aux législatives? : »J’aurai la main tendue jusqu’au bout »

Élection présidentielle 

Début décembre nous saurons qui sera candidat. Je n’ai pas entendu une parole du président disant qu’il ne sera pas candidat

Manuel Valls a parlé durement du livre « Un Président ne devrait pas dire ça », pas de l’action du président.

Le président de la République doit se déterminer par rapport à la situation de la France et rien d’autre.

Ni le candidat de la droite, ni de la gauche,  ni le candidat écologiste, ni le candidat communiste… on ne connaît rien des programmes et on nous dit déjà le résultat.

L’élection présidentielle commencera début février. Avant on ne sait rien.

François Hollande dès le premier jour de son arrivée a été matraqué, attaqué, vilipendé. A droite on voulait se débarrasser de Sarkozy et on ne voulait ni de du programme, ni des propositions, ni de l’action de la gauche.

L’objectif d’Emmanuel Macron est que le Président ne se représente pas. Il n’a pas construit tout cela pour à la fin ne rien faire.

Face aux enjeux du pays, nous avons la gauche la plus irresponsable du monde: elle est dans les chamailleries, elle ne veut pas voir les problèmes. Elle veut juste être devant le petit voisin.

Aucun candidat de gauche n’est en capacité de l’emporter. C’est pour cela qu’il faut échanger et rassembler. Il faut battre une droite qui s’est extrémisée et une extrême droite qui s’est camouflée

Nous sommes en pleine illusion: le programme de la droite ne passera pas.

Manifestation des policiers

Les revendications des policiers sont légitimes. Le Président et le Ministre de l’intérieur ont donné des réponses.

J’observe que la police ne manifeste pas contre le gouvernement. Mais ils ont l’impression qu’ils attrapent des « racailles » et que le lendemain ces derniers les narguent. Je comprends cette revendication principale. Il faudrait peut être revoir nos procédures. C’est un grand débat de société.

Salafisme 

On ne combat pas le salafisme si on n’est pas intraitable sur l’antisémitisme et l’arabophobie.

Laïcité

La laïcité est une question essentielle. Nous devons la défendre et combattre pour l’émancipation car cela permet le vivre-ensemble.

Résolution de l’UNESCO sur Jérusalem

Il n’est pas normal qu’une institution regroupant les diplomates du monde s’érigent en donneur de leçons d’histoire.