Tag tunisie

14 Mar

Commentaires fermés sur Nouveau gouvernement en Tunisie

Nouveau gouvernement en Tunisie

par

tunisie

Le nouveau gouvernement tunisien a été investi hier à une large majorité par l’Assemblée constituante. Répondant à la demande d’une large partie de l’opinion publique, les ministères régaliens et la plupart des autres ministères ont été confiés aux personnalités indépendantes n’appartenant à aucun parti politique.

Le Parti socialiste espère que ce nouveau gouvernement agira plus efficacement pour la réalisation des objectifs de la révolution tunisienne, en particulier vis-à-vis des attentes légitimes dans le domaine économique et social, et pour assurer la sécurité des citoyens. L’urgence est également de progresser sur la préparation du projet de la nouvelle Constitution qui donnera à la Tunisie des institutions démocratiques solides, garantissant les droits et les libertés des citoyens, et permettra la tenue des élections présidentielle et législative prévues vers la fin de cette année 2013.

Dans cette transition difficile, le peuple tunisien et les forces du progrès dans ce pays peuvent compter sur le soutien et la solidarité des socialistes français.

Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste
Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à l’Europe et à l’international

06 Fév

Commentaires fermés sur [Communiqué du PS] Tunisie: un opposant assassiné

[Communiqué du PS] Tunisie: un opposant assassiné

par

Chokri_Belaid

Jean-Christophe Cambadélis, Secrétaire national à l’Europe et à l’international
Pouria Amirshahi, Secrétaire national aux transitions démocratiques et à la Francophonie

Le Parti socialiste a appris avec consternation l’assassinat ce matin du Secrétaire général du Mouvement des patriotes démocrates, Chokri Belaïd. Il adresse ses sincères condoléances à sa famille et condamne vivement ce meurtre d’un élu de l’opposition tunisienne.

Le Parti socialiste constate avec inquiétude que la sécurité en Tunisie ne s’améliore pas, et il regrette les intimidations récurrentes ainsi que la tension persistante entre les différentes forces politiques.

Le Parti socialiste souhaite que toute la lumière soit faite rapidement sur ce crime d’une extrême gravité.

29 Nov

1 Comment

Tunisie: appel au dialogue

par

Depuis deux jours, la ville de Siliana au sud-ouest de Tunis est le théâtre des manifestations du mécontentement populaire qui ont malheureusement été entachées de violence et qui ont fait plus de 200 blessés parmi les manifestants. La principale centrale syndicale de Tunisie (UGTT), a appelé la population à une nouvelle manifestation aujourd’hui.

Le Parti socialiste, solidaire des objectifs de la révolution tunisienne, exprime ses vives inquiétudes face à la violence, notamment quand il s’agit des manifestations pacifiques et des revendications légitimes.

Il invite toutes les parties à la retenue et au dialogue.

19 Oct

Commentaires fermés sur Tunisie: tensions politiques inquiétantes

Tunisie: tensions politiques inquiétantes

par

Un représentant politique a trouvé la mort à Tataouine en marge d’une manifestation ayant dégénéré en affrontements entre deux camps politiques.

Le Parti socialiste exprime son inquiétude sur les tensions récurrentes en Tunisie. Il appelle à la retenue les responsables politiques et la population, afin de respecter les étapes fixées à la transition démocratique, et préserver les acquis de la révolution.

28 Fév

Commentaires fermés sur Tunisie: attaques contre l’UGTT

Tunisie: attaques contre l’UGTT

par

Depuis plusieurs jours à travers le pays, les locaux de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) sont la cible de mises à sac et de tentatives de destruction de la part de milices extrémistes. Ces attaques font suite à la grève générale des agents municipaux, organisée par l’UGTT au nom de la lutte légitime pour la défense des droits des travailleurs tunisiens.

Le Parti socialiste exprime son inquiétude face à la dérive antidémocratique dont est la cible l’UGTT. Il appelle le gouvernement à réagir fermement au nom du respect des droits fondamentaux que sont les libertés d’expression et syndicale.

29 Déc

Commentaires fermés sur Bouazizi personnalité de l’année selon le Times

Bouazizi personnalité de l’année selon le Times

par

Tahar Ben Jelloun dans son récit « par le feu » détache la personne de l’événement, tout en donnant à son geste radical le signal déclencheur de la révolution de jasmin en Tunisie. L’homme et son destin contrarié: jeune diplômé mais humilié, contraint de reprendre la charrette à fruits et légumes pour faire survivre la famille après la mort du père. Ce drame intime digne du « voleur de bicyclette » de Vittorio De Sica, par sa noirceur et son humanité ou son inhumanité concentre l’injustice faite à un peuple. Cette vie mutilée avec son cortège de corruption, de vexations, de frustrations de toutes sortes, illustrait le destin d’une génération. Son suicide comme manifestation ultime rappelant les bonzes Vietnamien protestant contre la guerre de l’empire Américain envers le peuple vietnamien. Ce sacrifice ultime comme un cri annonciateur, dénonciateur. Tout militait pour cette reconnaissance. J’avais lors de la conférence de Tunis entre le PSE et les acteurs des révolutions arabes, proposé Bouazizi comme prix Nobel de la paix. L’idée ne fut pas reprise au prétexte qu’un homme et son sacrifice ne pouvait à lui seul résumer l’héroïsme des peuples. Et pourtant si ! Et ceci d’autant plus, en ces temps incertains où le 2ème souffle des révolutions hésite sur son destin.

01 Sep

Commentaires fermés sur Printemps arabe: la double faute de Sarkozy

Printemps arabe: la double faute de Sarkozy

par

Alors que le sommet de Paris pour l’invention de la Libye libre se réunit aujourd’hui à Paris, ile ne faudrait pas que l’amnésie vaille amnistie et qu’on oublie qu’avant de lâcher Kadhafi, il lui avait déroulé le tapis rouge en France lors de la visite officielle du dictateur libyen.

Idem pour Ben Ali, Hosni Moubarak et Bachar El Assad. Après les avoir chouchoutés, après avoir copiné avec eux, il les a abandonnés.

En décembre 2007, Mouammar Kadhafi avait été reçu en grande pompe à Paris. Il avait planté sa tente dans un hôtel parisien et à l’époque, Sarkozy avait joué le jeu de la normalisation avec la Libye sans contreparties.

Tout cela, au nom des intérêts économiques du pays avec la promesse, jamais tenue finalement de rapporter près d’une dizaine de milliards d’euros de contrats aux entreprises françaises.

Il y avait même à la clé, la vente d’une quinzaine de Rafales. Le contrat n’a jamais été signé. A posteriori, on peut s’en satisfaire. Si, comme en Irak il y a 20 ans, il avait fallu faire face à des armes de fabrication française, vendu hier par le même gouvernement qui prétend aujourd’hui contribuer à « l’après Kadhafi »…

Pareil pour Ben Ali et Moubarak que Sarkozy avait choisi comme parrains de son Union pour la Méditerranée, un « machin » construit uniquement pour empêcher l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne et pour se servir du Maghreb comme Grande muraille contre l’immigration.

Outre les largesses de ces régimes aux proches et aux ministres de Sarkozy, il faut rappeler lors de la visite officielle de Sarkozy à Tunis en 2008, une première pour un chef d’Etat français sous Ben Ali, le président avait estimé ne pas avoir de leçons de démocratie et de droits de l’homme à donner au despote tunisien, déclarant même préférer les « actuels régimes politique au Maghreb aux Taliban ».

Quand à Bachar El Assad, le dirigeant syrien qui réprime actuellement la révolution dans son pays depuis des mois, il a bénéficié d’un rapprochement avec Sarkozy sans que la Syrie n’ait à apporter la moindre garantie. Comme Hosni Moubarak, le leader de Damas avait été l’invité d’honneur, avec d’autres chefs d’État méditerranéens du défilé du 14 juillet 2008 – la Fête nationale qui est sensée saluer la victoire du peuple français sur l’arbitraire et la tyrannie…

Mais tout cela semble bien loin aujourd’hui, les peuples se sont levés, les dictateurs s’en sont allés pour certains, ils sont traqués pour les autres. Tous sont mis au ban de la communauté internationale et pendant que Sarkozy cherche à se donner le beau rôle, nul ne doit oublier son passif.

22 Août

Commentaires fermés sur La chute de Kadhafi: un espoir pour la démocratie

La chute de Kadhafi: un espoir pour la démocratie

par

Le diable, comme on le dit en Libye, est sur le point de perdre le pouvoir. Le dictateur ubuesque va être renversé et c’est une bonne nouvelle pour les Libyens et la région Tunisie-Egypte. Cela indique que le printemps arabe ne sera pas bloqué entre Toubrouk et Tripoli.

Evidémment rien n’est écrit, les révolutions sont faites de flux et de reflux. Ce qu’il faut voir c’est la tendance. Les Nations Unies ont été utiles, même si la réaction fut tardive. Ce qui donna au dictateur un répit meurtrier.

Les socialistes qui eux, n’ont pas invité Kadhafi à Paris, sont ravis de cette issue !

04 Juil

2 Comments

Question écrite à Claude Guéant à propos des ressortissants tunisiens

par

Jean-Christophe Cambadélis a interrogé le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration sur la situation des ressortissants tunisiens.

Question publiée au JO le : 05/07/2011

M. Jean-Christophe Cambadélis appelle l’attention de M. le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration sur la vaste opération d’arrestations qui, en France, vise depuis plusieurs semaines les ressortissants tunisiens arrivés d’Italie. Quatre mois après les premières arrivées estimées par le ministère de l’intérieur à 3 600, ces ressortissants tunisiens sont, selon les associations, actuellement entre 400 et 800 présents à Paris. Face à cette situation, et au désengagement du Gouvernement, la ville de Paris a mis en place depuis avril 2011, un dispositif d’aide d’urgence ponctuelle en lien avec les associations permettant un hébergement de 300 personnes avec accès aux soins, aide aux transports, cours de français, distribution de plusieurs centaines de repas, de kits d’hygiène, la tenue de maraudes humanitaires ainsi qu’un accompagnement social et administratif individuel. Il souhaite savoir quelles dispositions sont prises par le Gouvernement concernant l’application de l’accord de coopération signé en avril 2008 entre la France et la Tunisie prévoyant notamment l’embauche de 9 000 ressortissants tunisiens par an. De même, il souhaite l’interroger sur la mise en place d’un dispositif spécifique d’aide au retour revalorisé pour les ressortissants tunisiens qui le souhaiteraient.

22 Juin

1 Comment

36, rue Botzaris

par

En janvier dernier, de jeunes et moins jeunes tunisiens arrivaient sur les côtes italiennes. Ils se voyaient délivrer par Rome une autorisation provisoire de séjour à titre humanitaire. Beaucoup ont rejoint la France depuis. Aujourd’hui encore, beaucoup d’entre eux errent dans les rues du nord-est parisien et passent à travers les dispositifs mis en place par l’hôtel de ville, la mairie du 19ème arrondissement, en lien avec les collectifs d’associations nationales et locales mobilisées telles France Terre d’Asile, Emmaüs…

Il y a quelques temps, l’évacuation par les forces de l’ordre du 51 avenue Simon Bolivar avait déjà beaucoup ému chacun d’entre nous: associations, élus, habitants du 19ème.

Il y a quelques jours, à la demande de l’Ambassade de Tunisie, la Préfecture de Police a évacué les personnes qui, faute de prise en charge et en pleine errance, s’étaient réfugiées dans les locaux situés au sis 36, rue Botzaris dans le 19ème arrondissement (ancien centre culturel tunisien, propriété de l’état tunisien).

Ces interventions policières sur les différents lieux d’errance de ces populations sont insupportables et inutiles.

Insupportables pour les populations et les riverains qui vivent et les accompagnent parce que agressives vis à vis de personnes qui méritent dignité et respect.

Inutiles enfin, parce qu’elle ne font que déplacer les tunisiens et ne proposent pas de solutions de règlement de leur situation administrative au regard du droit de séjour en France.

La situation des Tunisiens doit être réglée, non pas à coup d’interventions des forces de l’ordre, mais bien par les autorités françaises compétentes.

Il est grand temps que le gouvernement organise au delà de la répression, un dispositif spécifique d’aide et de régularisation même temporaire de la situation de ces tunisiens: aide au retour volontaire pour ceux qui le souhaiteraient, mise en place de procédures de délivrance d’accès de séjour ou d’accès aux formations professionnelles pour les tunisiens qui le demanderaient dans le respect des accords migratoires entre la France et la Tunisie.