Tag vel d’hiv

24 Juil

Commentaires fermés sur François Hollande ne refait pas l’histoire, il refait la France !

François Hollande ne refait pas l’histoire, il refait la France !

par

 M. Guaino a tort historiquement d’abord car c’est le Maréchal Pétain, Ministre de Paul Reynaud, qui impose l’armistice puis s’impose avec l’accord du président Lebrun. On se souvient de son leitmotiv. Il prétendait que s’unir avec la Grande-Bretagne serait « fusionner avec un cadavre ». C’est la volonté d’imposer l’armistice aux conditions allemandes qui ouvrira la porte au régime de Vichy sous l’impulsion de Laval, et ceci malgré la résistance puis l’exil du Général de Gaulle. La France avait son destin à Londres et ses institutions à Vichy.
Il y a eu donc une continuité de la France. C’est une part d’elle même qui a agit dans cette rafle. Le reconnaitre c’est permettre le travail sur une zone d’ombre. C’est au contraire tenir l’esprit en éveil. C’est dire que même la France peut sombrer dans le néant, l’abject, l’insoutenable fait à des enfants juifs. Le discours de François Hollande permet d’unir la nation autour de ce qui fait ses valeurs. Après des mois de « fréquentation » de la droite avec l’extrême droite, ce n’est pas refaire l’Histoire, c’est refaire la France bien abîmée par le Sarkozysme.

16 Juil

1 Comment

« Ils prennent aussi les enfants »

par

L’Eté 42 ne fut pas l’âge des premiers émois amoureux pour des milliers d’enfants juifs dans la France de l’Occupation. Ce fut le début du pire des cauchemars.

Alors que la France se souvient, en ce 70e anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv, le combat doit continuer contre « l’oubli ». Un oubli qui se nourrit de la banalisation, surtout, de la présence « optionnelle » de l’Histoire dans certains programmes scolaires de Terminale depuis 2009. Aujourd’hui, une majorité des moins de 35 ans ne connaît pas cette histoire ! Comment faire vivre ensemble des personnes qui ne se connaissent pas ? Comme bâtir un récit national si la mémoire flanche ?

Dans le 19e arrondissement de Paris, devant chaque école, cette mémoire tragique survit depuis qu’on apposé des plaques commémoratives afin de rappeler qu’en 1942, « ils » ont aussi pris les enfants.

Le vieux proverbe yiddish disait « heureux comme Dieu en France » et il est vrai que notre pays avait accueilli les damnés d’Europe centrale et orientale fuyant les pogroms. L’avènement du nazisme avait entraîné de nouvelles vagues. L’intégration fonctionnait malgré un antisémitisme qui n’était pas encre puni par la loi.

Et puis le régime de Vichy donna dans le zèle en devançant souvent les demandes des nazis concernant les juifs.

L’histoire de la rafle est bien connue. Ce fut une tâche sombre sur l’uniforme des fonctionnaires de police qui acceptèrent de collaborer à cette infamie. Je me suis battu dès mes premières années de parlementaire pour que la République donne à cet événement la place qui devait être la sienne pour qu’il ne soit pas un détail.

L’arrestation de ces 13 000 juifs leur déportation, leur extermination a souillé notre pays qui, depuis, a fait un long chemin.

Pour le poursuivre dans le bon sens, il faut entretenir la mémoire et prendre appui dessus pour construire un monde meilleur.